Demande de supprimer le porc des cantines scolaires à Soignies: la fausse rumeur qui enflamme Facebook

La viande de porc interdite dans les écoles de Soignies? La fausse rumeur qui enflamme les réseaux sociaux
2 images
La viande de porc interdite dans les écoles de Soignies? La fausse rumeur qui enflamme les réseaux sociaux - © AFP

"Bravo Mr le bourgmestre !!! Le bourgmestre de Soignies (Belgique) refusant d'enlever le porc du menu de la cantine de l'école explique pourquoi." Ce long message circule actuellement sur Facebook où il est partagé plusieurs milliers de fois. "Des parents musulmans ont demandé l'abolition du porc de toutes les cantines dans les écoles. Le bourgmestre de l’entité de Soignies, a refusé, le secrétaire de la ville, a adressé une note à tous les parents", peut-on notamment y lire.

Vérification faite auprès de Marc de Saint Moulin, le bourgmestre de Soignies, il s'agit d'une fausse rumeur. "Je nie que cela vienne de moi", nous assure-t-il. 

Ce n'est pas la première fois que ce message apparait. En 2014 déjà, le bruit courait à Ath que des parents d'élèves musulmans avaient demandé la suppression de la viande de porc. "J’affirme qu’aucune personne de quelque nationalité ou ethnie que ce soit, n’a fait une telle demande auprès des services communaux, [du] Secrétaire communal, ou de moi-même. C’est un mensonge", avait alors réagi Marc Duvivier, le mayeur d'Ath.

Aussi en France et au Canada

D'où cette question: qui est à l'origine d'un tel message? Difficile d'en définir l'origine précise. Mais il date déjà d'il y a plusieurs années. Il s'agit d'un "hoax", un canular. A chaque fois que le message est publié, le texte ne bouge pas d'une virgule... ou presque. Seul le nom de la ville est changé. Ensuite, la viralité des réseaux sociaux et la virulence du débat public fait le reste. On le retrouve aussi dans les commentaires d'articles publiés sur des sites d'extrême droite ou adeptes des théories du complot.

Le même texte a déjà été attribué au maire d'Antibes, dans le sud de la France, ou à celui de Dorval, près de Montréal au Canada. A chaque fois, les élus concernés ont publié un démenti

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK