Déjà 119 000 tonnes de sel épandues sur les routes wallonnes

La Région a déjà épandu près de 120 000 tonnes de sel sur les routes wallonnes.
La Région a déjà épandu près de 120 000 tonnes de sel sur les routes wallonnes. - © Belga

Les services d'épandage ont déjà déversé 119 000 tonnes de sel sur les routes wallonnes depuis le début de l'hiver, selon les statistiques du Service public de Wallonie (SPW). Quelques 14 000 tonnes sont encore en stock et le SPW a déjà commandé 14 000 tonnes supplémentaires pour parer à d'éventuelles nouvelles offensives hivernales. L'hiver dernier, 47 992 tonnes de sel avaient été épandues contre 91 478 lors de l'hiver 2010-2011.

Le réseau wallon est divisé en 42 districts, 10 autoroutiers et 32 routiers.

Ils sont indépendants et se basent sur les prévisions météorologiques pour étudier l'opportunité de recourir aux camions d'épandage. "Il s'agit de réseaux d'axes routiers wallons prioritaires", ajoute Christophe Corouge (porte-parole du SPW). "Il n'existe donc pas de hiérarchie."

Si la neige tombe sur l'entièreté de la Wallonie, environ 3000 tonnes de sel sont nécessaires pour un épandage curatif généralisé sur les 42 districts. Et 720 à 1100 tonnes en cas d'épandage préventif généralisé.

L'épandage sur les routes constitue une dépense importante pour la Région wallonne, mais ne dépend pas uniquement de la quantité de sel utilisée. Le SPW a dépensé près de 22 millions d'euros lors du dernier hiver (47 992 tonnes de sel), contre un peu plus de 41 millions l'année précédente (91 478 tonnes) et 36 millions lors de l'hiver 2009-2010 (104 000 tonnes). Au total, 21% de la facture est consacrée aux fondants, 33% au personnel du SPW, 44% aux entreprises privées chargées de l'épandage et 2% au matériel, détaille Philippe Corouge.

Charlotte Legrand s'est intéressée à deux communes hainuyères concernées, une petite, Quaregnon, et une grande, Tournai, pour se rendre compte de l'impact que pouvait avoir la grosse consommation de sel sur l'organisation et le budget des communes.  Ecoutez con reportage ci-contre.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK