Dégressivité des allocations de chômage: "un obstacle à la formation"

Dégressivité des allocations de chômage: "un obstacle à la formation"
Dégressivité des allocations de chômage: "un obstacle à la formation" - © THIERRY ROGE - BELGA

Ce lundi matin, dans Le Soir et le Standaard, 16 académiques belges et étrangers ont publié une carte de blanche. Ils mettent en garde le gouvernement fédéral contre l’augmentation de la dégressivité des allocations de chômage. Ces allocations sont actuellement dégressives : lors de la première période de chômage, le montant versé est le plus élevé. Durant la seconde période, il est réduit pour atteindre un montant plancher, qui ne bougera plus jusqu’à ce que le travailleur retrouve un boulot.

Ce système de dégressivité des allocations de chômage, renforcée par le gouvernement Di Rupo et que s'apprête à accroître encore le gouvernement Michel, est inefficace dans la mise à l'emploi des chômeurs. Elle augmente, au contraire, la précarité des chercheurs d'emploi car elle est un frein majeur à l'entrée en formation, a affirmé lundi Didier Gosuin.

Le ministre de l'emploi bruxellois se joint donc au cri d’alarme des 16 académiques. Pour lui cette dégressivité des allocations de chômage est un obstacle à la formation : "le principal problème du chômage réside dans le niveau de qualification des chercheurs d’emploi" explique le ministre. "66% des chercheurs d’emploi inscrits chez Actiris n’ont pas leur diplôme du secondaire. Le problème du chômage est donc essentiellement lié à une inadéquation entre les offres d’emploi et les qualifications des chercheurs d’emploi. La solution réside donc dans l’amélioration des compétences qui est le véritable tremplin vers l’emploi"

Un gel de la dégressivité pour les travailleurs en formation

"Si le gouvernement fédéral veut maintenir sa position d’accélérer la dégressivité des allocations de chômage, alors il faut assurer le gel total de la dégressivité pour tous ceux qui s’engagent dans un parcours de formation. Ce gel de la dégressivité est notre principal argument pour amener les chercheurs d’emploi à développer leurs compétences et trouver un emploi. La dégressivité ne peut être une entrave à la formation mais doit être au contraire un incitant", préconise Didier Gosuin.

Archive : JT 11/09/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK