Découvrez la Tour Eggevoort, tapie dans le Parc Léopold de Bruxelles

Elle a fait récemment l'objet d'une procédure de classement de la part du gouvernement bruxellois, à la suite du travail de longue haleine de l'AQL, l'Association Quartier Léopold, un comité d'habitants très actifs dans le quartier européen. Elle, c'est la Tour Eggevoort, "un exemple d’architecture civile parmi les plus anciens et les mieux conservés en Région bruxelloise. Vestige du domaine attribué aux châtelains de Bruxelles, la seigneurie d’Eggevoorde était située dans la vallée du Maelbeek, au pied de l’actuel Parlement européen. La Tour daterait de la fin du XVIe siècle, tandis que le pavillon aurait été ajouté vers 1650", écrit sur son site le Comité de quartier. 

Oubliée, puis habitée

Propriété de la Ville de Bruxelles, le bâtiment a longtemps été oublié. Il faut dire qu'il n'était pas très visible, enfoui au sein de ce qui est aujourd'hui le Parc Léopold, au coeur du quartier européen, au milieu d'un amas de végétation. C'est un couple d'Allemands travaillant pour l'Union européenne, les Braune, qui redécouvrent l'endroit à la fin des années 60. Ils ont le coup de foudre et se renseignent pour en connaître le propriétaire. A la Ville de Bruxelles, on leur répond d'abord que la bâtisse n'existe pas. Finalement, le couple parvient à conclure un bail et Margarethe Braune y vivra plusieurs années puis se battra aux côtés des associations oeuvrant en faveur de son classement avant de décéder. 

Classement acté

Isabelle Marchal travaille pour l'AQL. C'est elle qui a constitué le dossier de demande de classement. Elle se réjouit de ce que la procédure ait enfin abouti à la protection complète de la Tour Eggevoort. Reste maintenant à lui trouver une affectation un peu plus prestigieuse que l'actuelle : remise pour les outils de jardinage du personnel d'entretien. "Nous insistons sur le maintien du caractère public. Pas question d'y installer de l'horeca. Pourquoi pas un petit centre d'interprétation de la flore locale?", propose Isabelle Marchal. Qui insiste aussi sur l'impérieuse nécessité de restaurer le bien, en piteux état, notamment au niveau des châssis. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK