Décès d'un ouvrier à Floreffe: le BEP va devoir débourser 125.000 euros

Le BEP, l'intercommunale namuroise de gestion des déchets, est reconnue civilement responsable de la mort d'un ouvrier à Floreffe en 2015.
Le BEP, l'intercommunale namuroise de gestion des déchets, est reconnue civilement responsable de la mort d'un ouvrier à Floreffe en 2015. - © bep.be

L'intercommunale namuroise de gestion des déchets est reconnue civilement responsable de la mort d'un ouvrier à Floreffe en 2015. Le tribunal correctionnel a donc tranché dans cette affaire qui avait bouleversé le personnel.

Un accident de travail comme il en arrive rarement et qui avait suscité une grande émotion sur le site du BEP Environnement, à Floreffe.

C'était en novembre 2015 : trois ouvriers employés par la société "Art et Voltige" sont engagés dans une manœuvre délicate. Il s'agit de ramener au sol un moteur en panne, situé à 8 mètres de haut. Mais la pièce est trop lourde, le moteur de 15 tonnes s'écrase au sol, entraînant les trois hommes dans sa chute. L'un des ouvriers décède, le deuxième est grièvement blessé.

Il faudra finalement trois ans pour déterminer les responsabilités de ce tragique accident. Sur les sept prévenus, seul le BEP est finalement reconnu responsable civilement, en tant que personne morale.

L'intercommunale n'a pas transmis l'ensemble des informations qui auraient dû permettre aux trois ouvriers d'Art et Voltige de préparer leur intervention, de mieux anticiper les risques, d'évaluer le poids du moteur.

Un défaut de communication qui se paie cash. Le BEP est condamné à verser 125.000 euros d'amende et devra aussi indemniser les parties civiles. Il n'est pas exclu que le BEP fasse appel de ce jugement, comme le rappellent nos collègues de l'Avenir Namur qui dévoile l'information ce jeudi matin.