Décès d'un détenu à Forest: la justice va se prononcer sur le sort des médecins

Les faits se sont produits à la prison de Forest, en 2006.
Les faits se sont produits à la prison de Forest, en 2006. - © Belga

Les deux médecins de la prison de Forest sont poursuivis pour homicide involontaire et non-assistance à personne en danger. Les faits remontent à 2006, lorsqu’un jeune détenu est retrouvé mort dans sa cellule. Il avait reçu plus tôt plusieurs doses de calmants. Le jugement devrait tomber ce mercredi.

Fayçal était en détention préventive pour vol qualifié. Il avait déjà, à 25 ans, un lourd passé judiciaire. Le week-end des faits, son comportement nerveux nécessite l'intervention de médecins, qui décident de lui injecter plusieurs doses de neuroleptiques. Mais ils le laissent dans sa cellule, menotté comme la direction de la prison l'avait demandé. Fayçal décède quelques heures plus tard. Des gardiens le retrouvent inanimé le lendemain matin.

Vu son état d'agitation, fallait-il transférer ce détenu à l'hôpital ? C’est une des questions qui a émaillé le procès, fin septembre. Selon le rapport médical d'expertise établi après les faits, il ressort que l'issue aurait pu être fatale malgré une hospitalisation immédiate. 

Voilà pourquoi le procureur du Roi a requis l'acquittement pour la prévention d'homicide involontaire. Les médecins, dit-il, n'ont pas fait d'erreur de diagnostic mais le jeune homme avait besoin d'assistance, ils auraient dû le faire admettre à l'hôpital. Le procureur a donc requis 4 mois de prison pour non-assistance à personne en danger.

La défense a, elle, plaidé l'acquittement. Rien n'a laissé présager aux médecins que le patient était dans un état grave. Ses paramètres étaient normaux, ont rappelé leur deux avocates lors du procès. Avant d'insister sur la difficulté du suivi médical en prison : moins de matériel, un nombre très élevé de patients à consulter dans des conditions précaires... Bref, pour elles, impossible de pratiquer correctement en milieu carcérale.

Les deux médecins seront normalement fixés sur leur sort dans le courant de la journée.

Pierre Vandenbulcke

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK