Début d'importants travaux à l'entrée de Seraing

Les travaux ont débuté à l'entrée de Seraing (illustration).
Les travaux ont débuté à l'entrée de Seraing (illustration). - © RTBF

La Spaque vient de débuter la démolition d’une partie des anciens ateliers de construction de Cockerill. Des travaux qui vont modifier l’entrée de ville à Seraing.

1 million 800 mille euros, c'est le coût des travaux qui débutent à l'entrée de Seraing. La Spaque va démolir une partie des anciens ateliers de construction de Cockerill. Ces travaux de la société wallonne de traitement des sols pollués doivent durer jusqu'à la fin de l'année. Ils doivent permettre à terme l'élargissement de la rue Cockerill qui sera ensuite aménagée pour les bus et les piétons. Sa rénovation s'inscrit dans le plan de requalification du centre-ville.

Le site va être assaini

C’est en 1817, aux débuts de ses activités, que John Cockerill installe ses ateliers de construction au centre de Seraing. S’y côtoient une fonderie, un atelier de locomotives, une forge, des ateliers de boulonnerie ou de rivetage. Depuis 2000, l'activité industrielle a cessé sur les 30 000 mètres carrés du site industriel qui va être assaini.

"L’objectif de ce chantier est de déconstruire le grand hall parallèle à la rue Cockerill, ce grand hall sur les murs duquel il y a d’immenses fresques que les Serésiens connaissent bien", explique Jean-Frédérick Deliège, porte-parole de la Spaque. "Ensuite, il s’agira de déconstruire tous les halls qui sont perpendiculaires à la rue Cockerill dans le prolongement de ce grand hall, tout en essayant de conserver la façade des ateliers de canons".

La ville souhaite y créer un boulevard urbain

Après la démolition des bâtiments, il faudra ensuite percer les 2 mètres de béton qui constitue le sol du site industriel. "L’objectif là-bas c’est de faire un boulevard urbain, c’est le projet de la ville, mais bien entendu il faut que les sols soient réhabilités, soient dépollués, parce qu’il y a dans le cadre de Néocittà 2 un projet de complexe dans lequel il y aura des commerces".

Les murs de briques gris de crasses vont disparaitre rue Cockerill. Et avec eux, un pan de l'histoire industrielle de Seraing. Une ville qui entame sa rénovation urbaine.

E. Dagonnier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK