De plus en plus de jeunes Liégeois choisissent l'Université de Maastricht

Quelque 1 500 jeunes Belges suivent des cours à Maastricht.
3 images
Quelque 1 500 jeunes Belges suivent des cours à Maastricht. - © RTBF

C’est bientôt la rentrée pour les étudiants. Mais certains ont déjà repris le chemin des auditoires, depuis le début du mois de septembre. Quelque 1500 jeunes Belges étudient à l’Université de Maastricht. La plupart d’entre eux sont Liégeois.

Gare des Guillemins, à Liège. Comme tous les matins depuis la rentrée, Alexandre attend son train, direction Maastricht. Il vient d’y entreprendre des études en économies. Il aime la dimension internationale de son cursus. " Dans ma section, il y a une cinquantaine de nationalités différentes ", se réjouit-il.

Au début j’avais peur de ne pas suivre

A l’Université de Maastricht, tous les cours se donnent en Anglais. Un Anglais encore perfectible pour Alexandre qui vient tout juste de boucler ses secondaires. " Je suis allée en Angleterre cet été pour m’améliorer ", explique le jeune homme de 18 ans. Suivre un cursus en Anglais était un défi pour lui. " Au début j’avais très peur de ne pas suivre ", confesse Alexandre pour qui " ça se passe finalement bien ".

A bord du train, nous rencontrons Elisabeth. Cette étudiante en deuxième année à la faculté des sciences sociales a surtout été attirée par la pédagogie de l’université néerlandaise.

Ils appellent ça apprendre en faisant

Ce matin elle n’a pas cours, pourtant, comme tous les autres jours de la semaine, elle se rend à la bibliothèque. " On a une dizaine d’heures de cours par semaine, mais ils nous demandent environ 30 heures de travail en autonomie. "

Dans sa faculté, les cours se préparent en amont. " On est en petits groupes de douze ou treize personnes ", explique Elisabeth, 19 ans. " On doit lire des textes et répondre à des questions qu’on a rédigé ensemble en classe. Ils appellent ça apprendre en faisant. "

Pas de cours magistral pour Elisabeth : " on a des professeurs mais ils ne nous lisent pas la matière. C’est nous qui travaillons et il est simplement là pour rectifier si on se trompe. On retient mieux ".

Un professeur nous coache pour nous apprendre à gérer notre temps

La jeune femme a tourné le dos aux études liégeoises, sans regrets. " J’ai des amis qui ont cours de 8 heures à 20 heures. A Noël ils doivent étudier 600 pages de syllabus qu’ils ne mémorisent pas bien. Ça n’est pas pour moi ! "

Une université studieuse donc, où les guindailles ne seraient pas non plus en reste, avec " des associations très actives ". D’ailleurs, la sérieuse Elisabeth ne se prive pas de faire la fête. " On a un professeur attribué qui nous suit tout au long de l’année et nous coach pour apprendre à mieux gérer notre temps. Il nous conseille de nous ménager des soirées et des jours de libres pour nous reposer ".

Seul bémol : le coût de ces études. Elisabeth paye un minerval de 2000 euros, auxquels s’ajoute un abonnement annuel de train de 600 euros.

L’année passée, près de 170 jeunes liégeois ont démarré des études à l’Université de Maastricht. Il y a 5 ans, ces nouveaux inscrits n’étaient même pas 100.

Les Belges à l'Université de Maastricht (30/10/2017)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK