De nombreux architectes francophones sont opposés à la maison passive

Tous les professionnels ne sont pas enthousiastes à l’égard de la norme passive pour les nouvelles constructions.
Tous les professionnels ne sont pas enthousiastes à l’égard de la norme passive pour les nouvelles constructions. - © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN - IMAGEGLOBE

Une écrasante majorité des architectes francophones se disent opposés à l'obligation de la norme passive pour tous les bâtiments neufs. C'est ce qu'il ressort d'un récent sondage effectué par l'Ordre des Architectes auprès de ses membres francophones, auquel nous avons eu accès en primeur. Les bâtiments passifs seront obligatoires en Région bruxelloise dès 2015 et à partir de 2017 en Région wallonne.

Sur les 5500 architectes affiliés à l'Ordre francophone, 621 ont répondu au sondage sur le caractère obligatoire de la norme de construction passive pour les bâtiments neufs et assimilés. Le résultat est sans équivoque. Un peu moins de 65% des sondés se déclarent opposés à une norme généralisée et obligatoire, contre un peu moins de 13% qui y sont favorables, le reste ne se prononçant pas.

Un logiciel d'évaluation énergétique "liberticide"

Vincent Dehon, membre de l'ordre des architectes et responsable de sa chambre bruxelloise, explique que ce sondage a également demandé l'avis des architectes à propos du logiciel destiné à évaluer la performance énergétique des bâtiments. Même verdict sans appel : trop compliqué à utiliser, manquant de souplesse et même "liberticide". Si les jeux législatifs sont faits à Bruxelles, les architectes espèrent encore peser dans les débats en Wallonie à propos de l'adoption de la norme passive pour l'ensemble des nouvelles constructions. Voici un an, un sondage similaire, mais ne portant que sur 51 personnes avait montré une tendance identique.

Philippe Carlot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK