De nombreuses maisons de repos bruxelloises peinent à remplir leurs chambres

De nombreuses maisons de repos bruxelloises peinent à remplir leurs couloirs
De nombreuses maisons de repos bruxelloises peinent à remplir leurs couloirs - © MAXIME ANCIAUX - BELGA

Comment choisir une maison de repos et surtout quel budget y consacrer? Beaucoup se posent ce genre de question, pour eux-même ou pour leurs proches. A Bruxelles, le marché est dominé par de grandes structures de 100 ou 150 lits. Et les prix ne cessent de grimper. L'asbl Infor-Homes présentait hier son rapport annuel, une sorte d'"étude de marché" de ce qui est devenu un vrai business.

60 % des lits en maison de repos sont quasiment hors de prix pour de nombreux Bruxellois: 1700 euros par mois pour un lit, et souvent plus de 2000 euros. Ces maisons de repos sont occupées par des patients qui entrent de plus en plus tard et qui sont de plus en plus dépendants dès leur entrée

"Avec l'allongement de l’espérance de vie, une série de pathologies comme la maladie d'Alzheimer ou Parkinson poussent souvent les personnes à s'orienter vers une maison de repos et de soin dans des états de dépendance importants", explique Amandine Kodeck, directrice d'InforHomes bruxelles.

70% des maisons de repos bruxelloises sont des structures privées

Les structures privées représentent désormais 70 % des maisons de repos bruxelloises mais selon Infor-homes, cela ne veut pas dire que les soins n'y seraient pas de moins bonne qualité.

"Qui dit gros groupe ne dit pas nécessairement mauvais soin. Je pense que la qualité de l'accompagnement va dépendre de la culture du travail qui s'y déploie, des valeurs portées par la maison", commente Amandine Kodeck.

Conséquence du trop grand nombre de places ouvertes ces dernières années ou du prix trop élevé des chambres: de nombreuses maisons de repos bruxelloises peinent désormais à remplir leurs chambres. 
 

Le rapport complet de Inforhomes

null

null

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK