De l'espoir pour le programme d'immersion linguistique à Havré

Elio Di Rupo et Catherine Houdart ont écouté attentivement les revendications de certains parents d'élèves
Elio Di Rupo et Catherine Houdart ont écouté attentivement les revendications de certains parents d'élèves - © Quentin Jacquet

Le programme d’immersion en néerlandais de l’école communale d’Havré, près de Mons, doit prendre fin en septembre. Professeurs et parents étaient conviés à une réunion d’information ce mardi, en présence d’Elio Di Rupo. Au menu : étudier les possibilités pour sauver le programme

"Le Collège communal de la ville de Mons a pris la décision d’arrêter le programme d’immersion à Havré." Catherine Houdart, l’échevine de l’enseignement a été claire. Elle connaît bien le dossier de l’école communale d’Havré : "Depuis treize ans, nous suivons le projet avec beaucoup d’attention et d’intérêt, mais nous devions y mettre fin. La raison n’est pas économique, mais nous avons constaté que le programme connaît des difficultés depuis quelque temps. Le nombre d’élèves a fortement diminué et de nombreux enfants partent avant la 3e maternelle, l’année où commence l’immersion. L’école ne pouvait plus continuer son programme dans ces conditions"

En quatre ans, le nombre d’élèves de l’école communale d’Havré est passé de 280 en 2008 à 192 en 2014. Aucune étude n’a été menée, mais l’immersion en néerlandais est pointée du doigt. D’autant plus que comme l’indique Aurore Bragato, la directrice de l’établissement : "L’inscription après la première année primaire n’est plus possible si l’enfant ne vient pas d’un autre établissement proposant lui-même l’immersion en néerlandais". Elle doit donc souvent refuser l’arrivée de nouveaux élèves dans l’école.

Sauver l’immersion en néerlandais

Des parents mécontents de la décision ont exposé leurs arguments pour sauver le programme. Parmi leurs interrogations, l’importance de l’apprentissage du néerlandais a vite été mise sur la table. "Il est inconcevable qu’on puisse entrevoir d’hypothéquer l’avenir de nos enfants en mettant fin à ce programme. Dans le contexte économique actuel, le néerlandais est essentiel. Notamment quand on sait que, sans diplôme, une personne qui maitrise une autre langue a beaucoup de chance de trouver un emploi," explique Caroline Delor, une maman du groupe.

De leur côté, les professeurs ont écouté attentivement le groupe de parents d’élèves, déterminé dans sa démarche. Maxime Renaud est instituteur en 1e et 2e primaire. Il comprend le désarroi des parents et livre son sentiment sur le programme : "C’est un projet très important pour nous, mais qui est difficile à mettre en œuvre, que ce soit au niveau de la population, des matières ou des apprentissages. C’est une page qui peut-être, se tourne. Certains parents sont déçus. Je peux les comprendre, mais seulement un tiers des parents ont fait le déplacement. La motivation pour le programme n’est peut-être pas la plus optimale", explique-t-il.

Autre question ciblée par le public : les lacunes de leurs enfants en français, mais aussi en math, un cours donné en majorité en néerlandais. À ce sujet, les avis diffèrent. Si pour certains parents, les enfants éprouvent d’importantes difficultés dans ces deux matières, pour d’autres, aucun souci n’est à signaler, bien au contraire. Difficile donc de déterminer s’il y a une relation de cause à effet entre ces problèmes et le programme d’Havré.

Des solutions pour juin

Quoi qu’il en soit, une réunion aura lieu le 3 avril entre un comité représentatif de parents, les professeurs et Elio Di Rupo. Pour cette date, le Bourgmestre de Mons a demandé aux parents de réfléchir à des propositions à lui soumettre. Pour l’heure, l’école d’Havré propose un seul type d’enseignement. À savoir l’immersion en néerlandais. L’idée serait donc de conserver ce programme tout en proposant, en parallèle, un enseignement classique. Une solution qui pourrait être appliquée, uniquement si tout le monde est d’accord. Parents, professeurs et direction ainsi que le Collège communal évidemment.

Quentin Jacquet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
Soir Première
en direct

La Première Bxl

Soir Première