De 12 à 18 mois de prison requis contre l'ex-conseiller communal carolo Delbèque

Benoît Delbèque
Benoît Delbèque - © Belga - Virginie Lefour

Le tribunal correctionnel de Charleroi a poursuivi l'examen du dossier impliquant Benoît Delbèque. Cet ancien conseiller communal socialiste est poursuivi pour faux, détournements, prises d'intérêts et abus de biens sociaux dans la gestion de trois associations à vocation culturelle et sociale. Le parquet réclame de douze à 18 mois de prison sans s'opposer au sursis.

La Communauté Française, qui s’est constituée partie civile, a réclamé un montant de 40 000 euros à Benoît Delbèque, ancien président des asbl "J'Arrive", "Carolo Music Rallye" et "Jeunes Mania". Il s’agit pour elle de récupérer des subventions dont l'intéressé aurait profité personnellement.

Selon l'avocate, le prévenu aurait dépensé 30 000 euros en timbres en 2005 et 2006, juste avant les élections communales, alors que ces frais étaient insignifiants auparavant. La partie civile épingle des retraits Mastercard à Malaga camouflés en frais de déplacement, quatorze voyages d'agrément ou encore une nuitée dans un hôtel luxueux d'Amsterdam à 600 euros la nuit.

Le substitut Sanhaji a, pour sa part, réclamé douze à 18 mois de prison, avec un sursis éventuel, pour Benoît Delbèque qui a utilisé, dit-il, ses asbl et les subsides qu'elles drainaient comme outils pour sa carrière politique. Le parquet relève l'utilisation abusive de personnel au profit de cette campagne électorale, "en promettant une reconnaissance en cas d'élection".

Selon le substitut, le prévenu se serait de plus accaparé le 4X4 d'une asbl, tout en continuant à déduire des frais de déplacement. Il condamne en outre le décalage entre l'image sociale donnée par le conseiller qui utilisait des asbl au but louable et la réalité telle qu'elle existait.

La suite du procès est prévue pour le 24 juin avec la plaidoirie de la défense.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK