Dave: l'hôpital neuro-psychiatrique Saint-Martin met à la rue un de ses patients, considéré comme "ingérable"

A l'hôpital neuro-psychiatrique de Dave, dans l'agglomération de Namur, un malade profond a été littéralement expulsé de l'hôpital où il était interné. L'homme, âgé de 57 ans, qualifié "d'ingérable", s'est retrouvé à la rue du jour au lendemain. Ses filles sont très inquiètes, et n'ont pas encore de solution durable pour replacer leur père, qui a besoin des soins particuliers: Didier souffre de diverses pathologies, et notamment de paranoïa et de démence.

"Mon papa est en gestion de biens, donc il ne peut pas manipuler de l'argent. On lui a donné à sa sortie des médicaments pour le jour-même, et également un ordonnance pour qu'il aille acheter ses médicaments. Mais bien évidemment, n'ayant pas d'argent, il ne peut pas les acheter." explique sa fille Anouchka.

Motif de l'expulsion : le malade est "ingérable", il a attaqué un infirmier. Interrogé par les filles de Didier, le médecin responsable a une réponse étonnante.

Dans la rue, il se débrouillera très bien

"Il nous a dit que si mon papa avait frappé un infirmier de dos, c'était qu'il était totalement conscient de ce qu'il faisait, que ça pouvait être un acte de préméditation et que donc, dans la rue, il se débrouillerait très bien."

Mais Didier est dangereux pour lui-même et pour les autres. "Un centre neuro-psychiatrique comme celui de Dave s'en sépare parce qu'il est ingérable, alors je ne vois pas comment moi, qui ai 26 ans, ou ma petite sœur de 20 ans en kot à Louvain-la-Neuve, on pourrait s'en occuper."

Contactée par nos soins, la direction de l'hôpital Saint-Martin a refusé de s'exprimer. Un établissement qui est déjà sous enquête judiciaire pour des faits de violences et de maltraitance commis sur des malades entre 2011 et 2013.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK