Dans le milieu de la musique, gare aux photocopies illicites des partitions !

Des contrôles ont lieu ces jours-ci dans les salles de cours des académies.
2 images
Des contrôles ont lieu ces jours-ci dans les salles de cours des académies. - © RTBF

Les académies doivent payer une licence à la société des éditeurs de musique, la Semu (la Société des Editeurs de Musique). Des droits en quelque sorte pour utiliser les photocopies, qui s’élèvent à 10 euros par élève.

Des contrôles ont lieu ces jours-ci dans les salles de cours des académies. Mais certaines ont trouvé une parade. A Eghezée, par exemple, on se passe de photocopies ! Et on travaille uniquement sur des partitions originales. Les professeurs s'y sont engagés, le directeur de l'académie, Marc Maréchal, en a même fait un principe.

"Un principe culturel d’abord puisqu’on trouve que les élèves doivent se constituer une bibliothèque… Et on sait bien que s’ils copient tout le programme des pièces qu’ils jouent, au sortir de leurs études, ils n’auront que des feuilles !"

Un stimulant pour les élèves donc, mais aussi un stimulant pour l'imagination pédagogique des professeurs. "Il y a beaucoup de professeurs à l’académie qui ont développé un cours de formation musicale qui fait appel à l’imagination personnelle, à leur culture personnelle et à leur façon de voir la musique. On fait nos méthodes nous-mêmes."

Acheter des partitions, cela évidemment un coût pour l'élèves mais l'académie a mis en place des stratégies pour que sa philosophie ne devienne pas élitiste mais reste toujours démocratique. "On organise des brocantes ; on a acheté des stocks de partitions ; on en édite aussi nous-mêmes, quand les œuvres sont du domaine public… En somme, on a multiplié les initiatives."

Fini les feuilles volantes non identifiés ! Les élèves de l'académie d'Eghezée garderont les souvenirs de leur parcours musical... et les inspecteurs de la société des éditeurs de musique n'y trouveront sûrement rien à redire !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK