Dans la commune de Viroinval, la récolte de la sève de bouleau bat son plein

Le printemps arrive, la nature se réveille et la sève monte ! A Oignies-en-Thiérache, un petite équipe s’active dans une forêt de bouleaux. Depuis quelques jours, la récolte de la sève bat son plein. Aux pieds des bouleaux, des centaines de bidons recueillent le précieux liquide. Il suffit de percer un petit trou au bas de l’arbre, d’y introduire un tuyau, et le liquide, clair comme de l’eau, s’écoule. Un arbre peut produire cinq litres de sève par jour. Mais il faut faire vite, car la récolte ne dure que trois ou quatre semaines.

100% belge, 100% naturel

Le moment est important pour Sandrine Malice. Elle a fondé la société Zohema, qui commercialisera très bientôt Sosève. C’est donc la première récolte de la petite entreprise, qui veut proposer un produit 100 % belge, et 100 % naturel. Le produit n’est pas pasteurisé, il ne contient ni conservateur, ni d’alcool.

La sève récoltée a été analysée dans un laboratoire agréé par l’Afsca. "Elle contient des vitamines, des oligo-éléments, des acides aminés. Elle est vraiment très très riche, et se conserve très bien. En effet, avec le temps, elle continue à se bonifier. Dans les pays nordiques, ils en consomment toute l’année, ils sont nettement plus en avance ! " explique Sandrine Malice.

Selon les adeptes, la sève de bouleau n'aurait que des effets bénéfiques. Dans la région, c'est une tradition bien ancrée explique Eric Buchet, qui récolte cette année pour la petite entreprise. "En Ardenne, c'était courant, tout le monde faisait sa petite récolte. Moi, je le fais encore, on met un petit bidon pour la famille... on nous a toujours dit que c'était bon pour la santé, alors on continue, ça ne fait pas de mal non plus ! On sent quand même une différence au niveau du corps, un moment de bien être. C'est aussi agréable de perpétuer avec nos enfants ce que l'on a appris avec nos parents".

Des propriétés drainantes 

Dans les herboristeries, on ne tarit pas d’éloge à son égard, mais qu’en pense le monde scientifique ? Nous avons posé la question au professeur Jean Nève, Président du Conseil supérieur de la Santé. Remède traditionnel, la sève aurait des propriétés drainantes notamment: "Avant, le bouleau, on l’appelait l’arbre néphrétique, car le bouleau aidait à éliminer l’urine, ou à régler les petits problèmes urinaires. C’est un remède traditionnel, qui n’a pas beaucoup évolué, mais maintenant, les scientifiques commencent à s’y intéresser, on va essayer de caractériser tous les constituants que l’on trouve dans la sève de bouleau, ils sont très nombreux".

Une fois récoltée, maintenue au frais, la sève sera filtrée dans les locaux de la PME à Assesse, près de Namur. Les petites impuretés, branches ou feuilles sont ainsi ôtées, puis la sève est conditionnée. Elle sera disponible dans des contenants de 2 ou 5 litres, dans les magasins bio ou sur internet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK