Daniel Bacquelaine candidat à la présidence du MR

RTBF
RTBF - © RTBF

Avec plus de 6 500 membres, la fédération liégeoise du MR va peser de tout son poids dans l'élection du nouveau président du Mouvement Réformateur. Dans son match contre Charles Michel, Daniel Bacquelaine peut-il compter sur un soutien massif des militants libéraux en Province de Liège?

En 2008, le bourgmestre de Chaudfontaine Daniel Bacquelaine a été élu président de la Fédération provinciale du MR avec un score stalinien de plus de 95 % des voix. Il y a pourtant peu de chance que les libéraux liégeois lui offrent un tel plébiscite pour l'élection à la présidence fédérale.

Daniel Bacquelaine peut certes compter sur le soutien de quelques cadres du Mouvement, des fidèles de Didier Reynders, comme Philippe Dodrimont, le bourgmestre d'Aywaille ou Pierre-Yves Jeholet, député régional de l'arrondissement de Verviers.

Mais la filiation entre Daniel Bacquelaine et Didier Reynders lui coûtera aussi un paquet de voix en Province de Liège où le président sortant du MR n'a pas que des amis. Par exemple la sénatrice Christine Defraigne ou le député bourgmestre de Hannut Hervé Jamar ont choisi l'autre camp, celui de Charles Michel.

Cela dit, ce ne sont pas tant les cadres du parti qui désigneront le nouveau président du MR mais les militants de base. Et la perception des enjeux de cette élection n'est pas nécessairement la même chez les militants. Il y en a 6 500 en Province de Liège. C'est la plus grosse fédération avec celle du Hainaut. Et un certain nombre d'entre eux vont certainement jouer la carte liégeoise, avec cette idée qu'un président de parti, c'est toujours ça de pris pour Liège. D'autres seront sans doute aussi sensibles à la carrière de "militant" de Daniel Bacquelaine, un de ses arguments de campagne.

Bref, soulignent certains militants, Daniel Bacquelaine a gravi lentement mais sûrement tous les échelons de la politique, contrairement à Charles Michel précipité ministre à l'âge de 25 ans, à l'époque où Louis, son père, était l'homme fort du parti.

F. Louis

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK