Damien Thiéry: "Ce n'est pas un vote de sanction, c'est un plébiscite"

Les élections sont terminées  à Linkebeek: Et après ?
Les élections sont terminées à Linkebeek: Et après ? - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

La liste LB (LinkeBeek) a obtenu les 13 sièges du Conseil Communal de Linkebeek qui avaient été remis en jeu dimanche après la démission des conseillers communaux francophones. Elle a obtenu 94 % des voix.

Pour celui que la ministre flamande Liesbeth Homans (N-VA) refuse de nommer, il n’est pas question, après les nouvelles élections, d’un retour à la case départ : "Je pense qu’on est une case plus loin en définitive parce que c’était un défi, un vrai défi, que de retourner aux élections, des élections anticipées pour avoir l’avis de la population par rapport à sa volonté quant à la gestion future de sa commune et, en définitive, on aurait pu s’attendre à un vote de sanction. C’est juste l’inverse qui s’est passé. C’est un plébiscite. C’est exceptionnel, je trouve".

13% de votes blancs

Avec 94% des voix, évoquer un plébiscite n’est pas exagéré. Mais 15 % des 3300 électeurs ne se sont pas présentés et 13 % des électeurs ont voté blanc. Et si c’était le signe que les habitants de Linkebeek en ont ras-le-bol de ce qu’ils considéreraient comme un manège ?

"Certains ont dit, effectivement, qu’ils en avaient ras-le-bol. La question était de savoir si c’était un ras-le-bol par rapport à la gestion communale ou par rapport au cirque communautaire imposé par la ministre Liesbeth Homans. En définitive, quand on voit le plébiscite, on peut se dire qu’il faudra maintenant que Mme Liesbeth Homans tienne compte dans le futur de cette position, de cet électorat linkebeekois qui est extrêmement mature."

"On ne peut pas toujours aller au-delà de la volonté de la population"

Au lendemain de sa victoire, le candidat bourgmestre assure ne pas vouloir adresser de message à la ministre flamande des Affaires Intérieures qui pourrait tenir son destin entre ses mains : "Ce n’est pas à moi à lui envoyer un message, c’est à la population. La population vient de le faire. À partir du moment où la population répète à trois ans d’intervalle qu’elle veut continuer à fonctionner avec une équipe qui est soudée et avec ses leaders – qui ont montré qu’ils sont capables de gérer cette commune  il faudra qu’elle comprenne qu’on ne peut pas toujours aller au-delà de la volonté démocratique de la population".

À la question "Est-ce à vous de devenir bourgmestre nommé de Linkebeek ?", la réponse demeure indécise : "Ce n’est certainement pas à moi à le dire. Comme à l’habitude nous prendrons, (nous prenons) toutes nos décisions au sein de la majorité, à l’unanimité. C’est donc effectivement quelque chose qui fera débat, mais je n’ai pas à prétendre à quoi que ce soit. On a vu les résultats d’autres candidats sur la liste qui sont exceptionnels. Ce sont tous ces candidats que je me permets de remercier sur vos ondes".

"Il y a plusieurs possibilités, mais il faut respecter le choix du citoyen"

La porte à la désignation reste donc entrouverte et l’avenir de Linkebeek ne passe pas forcément par Damien Thiéry : "Tout le monde sait très bien que j’ai construit une équipe en 2006. Je l’ai soutenue également en 2012. Cette équipe me rend la pareille. À côté de cela, encore une fois, je dis qu’il y a plusieurs possibilités, mais il faut aussi respecter le choix du citoyen. Et, une fois de plus, là où certains ont dit que j’allais probablement faire un résultat personnel qui serait largement en-dessous que ce que j’avais fait en 2012, c’est juste l’inverse qui s’est passé. Donc, nous allons discuter de cela à notre aise avec la majorité".

"La démocratie doit être respectée"

Mais de là à faire un pas de côté pour éviter un nouveau carrousel avec les autorités flamandes, il y a de la marge : "La question est surtout de savoir qui a agressé qui. Je pense que Mme Homans avait bien entendu le choix quant à la gestion du futur de Linkebeek. Elle a préféré mettre un bourgmestre qui n’était pas plébiscité par la population manu militari. Un bourgmestre de l’opposition qui ne représente même pas 10 % de la population. C’est surtout là que se trouve le problème. Faire un pas de côté, on peut toujours le faire, mais, la démocratie doit être respectée et on commencera par la faire respecter".

Que peut faire le MR ? "Il n’a rien à faire là-dedans"​

N’est-ce pas aux autorités fédérales à prendre la situation en mains ? Jadis FDF, Damien Thiéry est aujourd’hui MR. Et c’est un Premier ministre MR qui est aux responsabilités. Et l’impression demeure que c’est toujours la N-VA qui dicte ses lois. Le MR peut-il aider à débloquer la situation ?

"Soyons clairs. Il s’agit d’un problème local qui est directement lié à un souci ou à une décision de la tutelle régionale. Le fédéral n’a pas grand-chose à voir là-dedans. Et même rien du tout. En définitive, on pourrait rapporter le débat au niveau fédéral, mais ça ne changera rien. Donc, ça ne sert à rien d’avoir une discussion stérile. Ce que je constate, c’est que Mme Homans a pris position. Avant elle, le ministre Bourgeois avait aussi pris position. Et, avant lui, il y avait le ministre Keulen Open Vld. Ce n’est pas uniquement un souci du côté de la N-VA. C’est une problématique symbolique qui a été mise en place par différents ministres, l’un après l’autre. En définitive, la situation ne pourra être résolue qu’à partir du moment où Mme Homans respecte la volonté de la population, ce que j’espère qu’elle fera."

Prochaine échéance : dans 75 jours

Les élections terminées, la prochaine échéance est la réunion du conseil communal qui se réunira dans 75 jours. "C’est à ce moment que sera décidé ou sera présenté un bourgmestre à la nomination. D’ici là, on a encore le temps de discuter pour savoir comment nous allons nous organiser."

Présenter une nouvelle fois Damien Thiéry au poste de bourgmestre de Linkebeek reste donc une possibilité : "C’est une possibilité, mais ce n’est pas la chose la plus importante. Ce qui est certain, c’est que nous n’avons plus que 11 conseillers communaux. Nous en récupérons deux. Donc, en tout cas, il s’agit d’une victoire qui est exceptionnelle".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK