Crise sanitaire en province de Liège : charivari pour le personnel des maisons médicales, fortement sollicité

Plusieurs dizaines de patients et membres du personnel des maisons médicales liégeoises ont participé, vendredi en fin de journée, à un charivari en l'honneur du personnel soignant, fort sollicité durant la crise du Covid-19. À l'appel des maisons médicales liégeoises, qui représentent 29 maisons médicales réparties sur Liège et alentours, Verviers, Barvaux, Huy et Trooz, plusieurs dizaines de patients et membres du personnel se sont retrouvés à la maison médicale du Laveu (Liège).


A lire (et écouter) aussi : Le Grand oral - Fanny Dubois: "En maisons médicales, la première maladie c'est la précarité"


C'était l'occasion, dans le cadre du 40e anniversaire des maisons médicales en Belgique francophone, de mettre à l'honneur le personnel, fort sollicité durant la crise du Covid-19, et d'insister sur la nécessité de renforcer le secteur des soins de santé. Pour ce faire, les participants avaient confectionné des pancartes sur lesquels ils ont exprimé leur ressenti.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Ce rassemblement était voulu serein et festif. Les participants se sont lancés le défi de rejoindre ensemble le terril du Piron, situé entre Liège et Saint-Nicolas, et de gravir les 18% de côte qui les attendaient en s'entraidant, "l'essence même des maisons médicales".

Les patients vivent des situations difficiles en lien avec l'isolement, la baisse de moral, la peur, le fait de ne plus se sentir libre de ses mouvements et choix...

"Après un an et demi, on constate que la santé a été abordée sous l'angle de la maladie au sens strict du terme. Or, les maisons médicales ont une vision plus globale de la santé et l'envisagent aussi à travers nos rapports sociaux, le travail, le logement, l'état mental... Bref, divers facteurs qui déterminent comment on se sent. Et depuis un an et demi, nous constatons que cela a impacté les patients et qu'ils vivent des situations difficiles en lien avec l'isolement, la baisse de moral, la peur, le fait de ne plus se sentir libre de ses mouvements et choix...", a conclu Jean-Philippe Robinet, animateur à l'Intergroupe liégeois (IGL), au sein duquel les maisons médicales sont réunies. 

Mouvement de mécontentement dans les hôpitaux dans notre Jt du 17 juin :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK