Crise oblige, le projet de centre pour élite sportive patine

L'idée première était de proposer un maximum d'infrastructures de qualité pour nos sportfis de haut niveau.
L'idée première était de proposer un maximum d'infrastructures de qualité pour nos sportfis de haut niveau. - © Belga

C'est le dossier qui empêche le ministre André Antoine de dormir : le centre pour sportifs de haut niveau, ramené en mars dernier à une simple piste indoor d'athlétisme, n'a toujours pas de plan financier. La Communauté française, déjà très endettée, cherche encore des partenaires : l'Intercommunale du Brabant wallon, la Province, la ville d'Ottignies/Louvain-la-Neuve... Mais voilà, la crise est passée par là, et elle touche tout le monde. Le projet est actuellement en stand-by.

Même la salle d'athlétisme pose problème. Le ministre du Budget et des Sports André Antoine demande à l'intercommunale du Brabant wallon (IBW) d'emprunter elle-même les 20 millions nécessaires au financement du projet.

La Communauté française ne serait que locataire des installations et paierait un loyer pendant 20 ans. Mais l'IBW trouve l'investissement beaucoup trop lourd et sans grand rapport avec ses missions de base.

Par ailleurs, l'idée d'ajouter un vélodrome semble bel et bien abandonnée. Cela coûterait beaucoup trop cher. Par contre, la Province pourrait financer la construction de plusieurs salles annexes pour pratiquer notamment le judo. Mais n'a toujours pas fait savoir quel montant elle souhaite investir dans le projet. Et le changement de gouvernement provincial n'est pas fait pour accélérer la décision.

La ville d'Ottignies/Louvain-la-Neuve est également sollicitée. Elle pourrait offrir le foncier nécessaire à l'aménagement d'un terrain de hockey. Celui du Blocry est complètement saturé. Mais là-aussi, le plan financier n'est encore qu'une hypothèse. Et par les temps qui courent les hypothèses budgétaires sont extrêmement fragiles.

François Louis

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK