Crise du logement : Bruxelles-Ville a construit 1000 nouveaux logements

La commune a décidé de densifier les quatiers périphériques de Bruxelles avec un tiers des logements construit à Neder-Over-Heembeek
La commune a décidé de densifier les quatiers périphériques de Bruxelles avec un tiers des logements construit à Neder-Over-Heembeek - © Belga (illustration)

Au centre des préoccupations à Bruxelles-ville se trouve l’immobilier, et plus précisément le manque de logement. C'est certainement l'un des enjeux pour les prochaines élections communales. Entre les immeubles insalubres et les appartements hors de prix, une partie des Bruxellois n'arrive plus à se loger correctement.

La Ville a donc décidé de construire 1000 logements moyens ou sociaux, comme on les appelle. Pour cela, elle a décidé de densifier les quartiers périphériques. Un tiers des logements a été construit à Neder-Over-Hembeek. Et ce nouveau quartier cherche toujours ses habitants.

Les 50 premiers appartements ont été attribués pour le premier mai. Cependant, les logements se rempliront par vagues. Les candidats doivent déposer leur demande auprès du CPAS de Bruxelles. Il s'agit de logements dits moyen : un appartement une chambre coûte 600 euros, un deux chambres s’élève à 700 euros. Les candidats doivent gagner au moins deux fois plus d'argent que ce coûte leur loyer.

Les premiers locataires arriveront le premier mai, c’est-à-dire dans moins de deux semaines. Pour ceux qui vivent sur place, le sentiment est mitigé. "On est un peu inquiet parce qu’on se demande comment on va pouvoir les rencontrer."

Le quartier se trouve au bout de la ligne de bus 47, là où Bruxelles prend des airs de campagne : jardins ouvriers, labours, petites maisons,… On retrouve toute la quiétude d'un coin de ville oublié. Mais les bruits de chantier ramènent rapidement à la réalité. Ici, des ouvriers travaillent à la construction de 344 nouveaux logements : des barres d'appartements.

Benoît Ceysens travaille, quant à lui, à la ferme sociale Nos Pilifs, un irréductible poumon vert du quartier. Il déclare : "Après le combat mené contre cette densification trop proche de nos clôtures, et une fois que les choses ont été décidées et convenues avec le CPAS et la ville, on n’a pas d’autre choix que de faire avec cette réalité. À présent, on se met donc dans la position de savoir comment organiser un accueil pour que ça se passe bien. Parce que l’objectif, c’est quand même qu’on vive en harmonie et qu’on ne recrée pas un ghetto aux portes de la vile, même si c’est un peu la crainte qu’on a. Pour l’instant cependant, on n’a encore été associé à aucune mesure d’accueil  et de processus d’intégration de ces personnes."

Autre question qui taraude les Hembeekois : entre 1500 et 2000 nouveaux habitants vont débarquer dans le quartier. Et il n'y a pas de nouvelle école, ni de nouveaux transports en commun. Seuls trois bus relient le nouveau quartier à la Ville dont un qui ne roule pas le week-end.

La Ville de Bruxelles avait décidé de construire 1000 nouveaux logements lors de cette législature. Ils sont là. Le nouveau défi  à présent est de trouver comment les habiter.

Hélène Maquet

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK