Creuser un puits pour abreuver son bétail est de plus en plus interdit

Un agriculteur est obligé de passer par l'intercommunale des eaux alors qu'il pourrait creuser un puits pour abruver son bétail gratuitement
Un agriculteur est obligé de passer par l'intercommunale des eaux alors qu'il pourrait creuser un puits pour abruver son bétail gratuitement - © RTBF - Serge Otthiers

Un agriculteur du Brabant wallon vient de se voir refuser un permis pour forer un puits destiné à abreuver son cheptel de 1000 bêtes et cela suite à un avis défavorable remis par l'Intercommunale des eaux du Brabant Wallon. Il ne pourra pas forer et donc plus puiser de l'eau gratuitement. Un cas qui ne serait pas isolé.

Patrick Wera souhaitait ce second puits afin de prévoir l'avenir de son exploitation : "Il est évident que d’avoir un puits, c’est une recherche économique pour économiser l’eau qui vient du sous-sol".

Mais, l'Intercommunale des eaux en Brabant Wallon a rendu un avis négatif pour le permis de forer. Elle l'a notifié à la commune, celle-ci a suivi.

Même chose du côté du Ministre régional Philippe Henry. Alors que les services techniques de la Région avaient rendu un avis positif pour le forage.

Le président de la fédération des foreurs Wallons, François Jeukenne, n'en est pas étonné : " Depuis quelques mois maintenant, on constate que les administrations sortent des arguments contre les forages de puits. Le résultat est que de moins en moins de gens ont l’autorisation de forer et donc ainsi, par exemple au niveau professionnel, de diminuer leur facture d’eau. Ils sont donc obligés de se relier au captage publique aux intercommunales et n’ont pas le choix "
 
Et d'ajouter qu'il y a cinq ans, les forages étaient à 100% réservés aux puits en approvisionnement d'eau. Aujourd'hui, ce chiffre est tombé à 10 voire 15%.

Quant à notre agriculteur, il peut à nouveau introduire une demande et espérer ainsi pouvoir économiser jusqu'à 35 m3 d'eau par Jour pour abreuver ses bêtes! A une moyenne de 4 euros le mètre cube, on peut comprendre son intérêt…tout comme celui de l'Intercommunale.

 

Sonia Boulanger

 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK