Création d'un poste médical de garde pour huit communes du Condroz

Les bourgmestres de quatre des huit communes concernées (Caroline Cassart (Ouffet), Philippe Dubois (Clavier), Jeanne Defays (Modave) et Cilou Louviaux (Tinlot)) encadrent le docteur Benoît Didier, président du Cercle médical du Condroz (au milieu) devant l'entrée du futur poste médical de garde
Les bourgmestres de quatre des huit communes concernées (Caroline Cassart (Ouffet), Philippe Dubois (Clavier), Jeanne Defays (Modave) et Cilou Louviaux (Tinlot)) encadrent le docteur Benoît Didier, président du Cercle médical du Condroz (au milieu) devant l'entrée du futur poste médical de garde - © RTBF

Du changement dans le système de gardes médicales des week-ends et jours fériés organisé par le Cercle médical du Condroz. Ce dernier couvre huit communes: Anthisnes, Clavier, Marchin, Modave, Nandrin, Neupré, Ouffet et Tinlot.

A partir du week-end des 12 et 13 mars prochains, un poste médical de garde sera installé à Tinlot, au centre de cette zone comptant quelque 40 000 habitants. Ce poste est le fruit d'une collaboration entre les médecins, les 8 communes concernées, le Groupe d'Action Local Pays des Condruses et la Province de Liège, qui met à disposition des locaux d'un centre provincial, le Centre de Réadaptation au Travail.

Pourquoi un poste médical de garde du Condroz ?

" La raison principale, c’est vraiment lié au nombre de médecins disponibles pour faire la garde sur le territoire du Condroz, médecins de moins en moins nombreux, qui prennent de l’âge. ", explique le docteur Benoît Didier, président du Cercle médical du Condroz, " On est légalement obligés d’assurer une garde, donc on a été obligés de trouver une nouvelle organisation et on a imaginé de passer de trois à deux médecins dans un seul lieu de consultation. C’est un poste qui sera ouvert le samedi, le dimanche, les jours fériés, de 8 heures à 22 heures, uniquement sur rendez-vous, un numéro de téléphone unique. Un médecin répond personnellement et fixe un rendez-vous au poste. Il y aura un second médecin, qui lui pourra faire des visites à domicile. La garde, c’est évidemment uniquement des cas urgent mais pas des urgences vitales. En cas d'urgence vitale, le bon réflexe, c’est toujours d’appeler le 112. Ce sont des gens qui tombent malades le week-end, suffisamment malades, qu’ils ne peuvent pas attendre leur médecin traitant le lundi matin. "

Attirer de jeunes médecins, assurer la santé des citoyens

La création d’un poste médical de garde, c’est aussi une évolution à même d’augmenter l’attractivité d’une zone pour de jeunes médecins. " Tout à fait.", confirme le docteur Benoît Didier, " La garde est une contrainte pour beaucoup de jeunes médecins. En voyant qu’on imagine des solutions pratiques, et j’ai des témoins qui peuvent le confirmer, des jeunes médecins sont disposés à venir s’installer dans le Condroz. "

Cilou Louviaux, la bourgmestre de Tinlot confirme : " Le nombre de médecins diminue très fortement, il faut donc pouvoir anticiper et mettre en place un système qui attire encore de jeunes aujourd’hui pour pouvoir assurer la santé de nos citoyens. Le fait qu’on organise ceci, va diminuer l’investissement, je dirais, en temps et tout, des médecins donc ça va rendre peut-être notre région un peu plus attractive à ce niveau-là. "

Un changement d’habitudes à intégrer

Le citoyen devra lui changer ses habitudes. " Là ", constate Cilou Louviaux, " c’est vraiment important, qu’on comprenne bien que c’est un système de garde qui ne fonctionne que le week-end, sur rendez-vous uniquement, et qu’il faut venir jusqu’ici à partir du moment où le rendez-vous a été fixé. " Excepté pour les malades qui ne peuvent pas se déplacer évidemment, pour qui, comme l’indiquait le docteur Didier, les visites à domicile restent possibles.

Une solution, pour l’instant, temporaire

Le poste médical de garde du Condroz fonctionnera sur sa base actuelle jusqu'au 31 août prochain. D'ici là, les nouveaux critères de subventionnement des postes médicaux de garde devraient être dévoilés par la ministre fédérale de la santé, la libérale flamande Maggy De Block, qui, le temps de sa réflexion, a gelé les budgets. Caroline Cassart, bourgmestre d'Ouffet et députée fédérale MR, suivra le dossier avec d'autant plus d'attention : " Nous avons trouvé une solution temporaire en urgence, mais il y a tout un travail qui devra être fait avec le fédéral. Je connais très bien la méthode de travail. Maggy De Block a bloqué pour évidemment apporter de nouveaux critères parce qu’on se rend compte que c’est une solution qui va s’étendre sur l’ensemble du territoire. Les postes de garde vont se multiplier et je pense qu’il faut vraiment revoir les critères pour qu’ils puissent être accessibles à l’ensemble des régions. Je déposerai des questions orales et écrites. Et j’attirerai peut-être aussi l’attention de la ministre sur le problème des zones rurales qui est quand même plus spécifique. "

Le poste médical de garde du Condroz fonctionnera à partir du week-end des 12 et 13 mars, au CRT, le Centre de Réadaptation au Travail de Tinlot, qui est situé au numéro 106 de la rue de Dinant. Le numéro d'appel unique sera le 0471/75.02.68.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK