Crash Gelbressée: le travail d'identification des victimes est terminé

Accident d'avion à Gelbressée - Le travail d'identification des victimes est terminé
Accident d'avion à Gelbressée - Le travail d'identification des victimes est terminé - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Le travail d'identification des onze victimes du crash d'un avion Pilatus samedi à Gelbressée (province de Namur) est terminé, a indiqué lundi en fin de journée le procureur du Roi de Namur, Philippe Dulieu. Les proches des victimes sont déjà arrivés ou commencent à arriver au funérarium de Gilly (Charleroi), là où le travail d'identification a eu lieu. Les dépouilles des défunts vont pouvoir être rendues aux familles.

Les médecins légistes et les membres de la Disaster Victim Identification (DVI) ont identifié formellement les onze victimes (dix hommes et une femme).

"Les proches peuvent rencontrer lundi soir les professionnels de la DVI pour leur poser toutes les questions qu'ils pourraient éventuellement se poser", a précisé Philippe Dulieu.

Les corbillards conduiront ensuite ou conduisent déjà certaines dépouilles vers les différents funérariums choisis par les familles.

Le procureur du Roi ajoute que l'enquête avance et que les auditions programmées sont en cours depuis ce lundi. Les personnes entendues ou qui doivent encore être entendues sont notamment les parachutistes qui ont sauté le jour du drame lors des vols précédents ou encore les riverains. Aucune hypothèse n'est pour l'instant privilégiée plus qu'une autre.

Dans le même temps, l'enquête avance

Les auditions ont commencé. Celles des riverains. Mais aussi celles des parachutistes qui ont sauté ce jour-là, avant le drame. Et puis la carcasse de l'avion est, en ce moment, analysée par une unité spéciale d'enquête et de prévention en matière de sécurité aérienne. Cela se passe à la base militaire de Beauchevain. L'objectif, c'est de découvrir tous les indices possibles afin de reconstituer les circonstances de l'accident.


Belga et RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK