Crash Gelbressée: des pièces de l'avion seront étudiées au microscope

Une métallographie sera nécessaire sur certaines pièces de l'avion
Une métallographie sera nécessaire sur certaines pièces de l'avion - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Un peu plus de deux semaines après le crash d'un avion Pilatus à Gelbressée qui a fait onze victimes, l'enquête se poursuit sur la base militaire de Beauvechain pour déterminer les causes exactes de l'accident. Certaines pièces de l'avion auront besoin d'une étude métallographique, a expliqué Luc Blendeman, chef opérateur de l'Air Accident Investigation Unit (AAIU), qui chapeaute l'enquête technique.

Quelques jours après l'accident, les pièces de l'avion accidenté avaient été soigneusement transportées puis inventoriées à Beauvechain. Lors d'une première inspection, les experts ont notamment observé des fractures et d'autres éléments sur les pièces en question :

"Nous regardons s'il y a une quelconque indication avant de passer à un examen plus approfondi. Certaines pièces auront besoin d'une étude métallographique. Pour faire simple, il s'agit d'observer les pièces en métal à l'aide d'un microscope optique", Luc Blendeman, le chef opérateur de l'Air Accident Investigation Unit (AAIU), qui chapeaute l'enquête technique.

Rappelons qu'il faut distinguer l'enquête réalisée par le parquet de Namur et celle menée par les autorités fédérales de la Mobilité, soit par l'AAIU, avec
laquelle collabore l'Aviation Safety Directorate (ASD). Le délai pour qu'elles puissent déterminer les causes de l'accident peut aller jusqu'à un an.

Par ailleurs, les enquêteurs ont visionné les images des petites caméras que les parachutistes portaient sur eux. Caméras qui avaient été retrouvées en assez bon état. Malheureusement, elles n'ont pas filmé le vol fatal. Le parquet de Namur a confirmé l'information mais n'a pas souhaité s'exprimer en raison du secret de l'instruction.

Belga et RTBF