Crash de Gelbressée: l'hypothèse d'un problème technique relancée?

Les experts travaillant sur la carcasse du Pilatus: leurs conclusions remises en cause?
Les experts travaillant sur la carcasse du Pilatus: leurs conclusions remises en cause? - © Belga Image

C’est une information RTBF qui risque de semer le trouble à propos l'enquête sur le crash de Gelbressée. Le 19 octobre 2013, un avion transportant des parachutistes s’était écrasé dans un champ, tuant les onze personnes à bord. Selon les experts aéronautiques, c’est une acrobatie mal négociée qui a entraîné la rupture d’une aile et la chute de l'appareil. Mais certains doutent encore de ce scénario, et l’actuel président du Paraclub de Namur apporte aujourd’hui un témoignage qui pourrait relancer l’hypothèse d’un problème technique.

Le jour du crash, Nicolas Hormans est assis dans le cockpit du Pilatus lors de la dixième rotation. Juste avant le décollage, le pilote, Fabrice Lalmand, lui demande de vérifier les ailes de l’avion, il a le sentiment qu’elles ne sont pas alignées. Nicolas Hormans jette un œil et répond qu’effectivement, les deux ailes ne semblent pas être à la même hauteur. Mais personne ne descend de l’avion pour s’en assurer. "Je n'étais pas inquiet, explique Nicolas Hormans. Et je pense que Fabrice ne l'était pas non plus. Si le pilote remarque quelque chose d'étrange dans l'avion, la procédure veut qu'il coupe la turbine et qu'il descende de l'avion pour vérifier. Il ne l'a pas fait".

Le pilote a-t-il fait cette remarque sur le ton de la plaisanterie ou pensait-il réellement qu’il pouvait y avoir un problème ? Quoi qu’il en soit, l’avion décolle. C’est lors d’un autre vol plus tard dans la journée que l’aile se décroche et que le Pilatus s’écrase.

Le rapport des experts remis en cause?

Pour les experts aéronautiques, le Pilatus du Paraclub de Namur était en bon état, la rupture de l’aile a été provoquée par une acrobatie effectuée intentionnellement, le fameux 'tonneau barriqué'. Mais le témoignage qu’apporte aujourd’hui Nicolas Hormans sur un possible problème aux ailes pourrait remettre en causes ces conclusions. "Est-ce que Fabrice a voulu volontairement faire cette acrobatie ou est-ce qu'une défaillance dans l'avion l'a amené à faire cette cabriole, la question est posée".

L'acrobatie était-elle intentionnelle ou s'agissait-il d'une tentative de sauvetage à la suite d'un problème technique ou mécanique? La question est fondamentale pour la famille du pilote qui a toujours émis des doutes sur le scénario décrit par les experts aéronautiques. "Sur quoi les experts se sont-ils basé pour établir aussi formellement que l'avion était en bon état et que c'est cette figure qui est à la base du crash, s'interroge Olivier Lalmand, l'oncle du pilote. Le nouveau témoignage pourrait expliquer ce qui s'est passé et aller à l'encontre des conclusions des experts".

Les conclusions des experts ont été présentées il y a plusieurs mois mais le rapport officiel se fait toujours attendre. Sa lecture permettra peut-être d’apporter des réponses. Quant aux enquêteurs, ils n’ont pas encore eu connaissance de ce témoignage sur un possible problème aux ailes. Mais on peut penser que ce sera bientôt chose faite.

Hugues Van Peel

Et aussi