Genval: 40 emplois supprimés chez Orangina-Schweppes, le personnel débraye

Le site Orangina Schweppes à Genval, amputé de 40 emplois
Le site Orangina Schweppes à Genval, amputé de 40 emplois - © RTBF

Confirmation des craintes syndicales: la direction du groupe limonadier a confirmé son intention de supprimer 40 emplois sur le site de Genval lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire. La production sera délocalisée en France ou en Espagne. Suite à l'annonce de cette décision, les travailleurs ont décidé d'arrêter le travail. Celui-ci ne devrait reprendre que demain, jeudi.

Les boissons Schweppes et Orangina ne seront plus embouteillées à Genval. La 40aine d'ouvriers qui travaillaient sur les lignes de production vont perdre leur emploi, si l'intention de la direction se confirme. Mais les choses semblent pliées. Selon la porte-parole, les outils de production sont devenus obsolètes. Les consommateurs sont de plus en plus friands de petits emballages, et les lignes de Genval ne sont pas adaptées à cette demande. Et la direction n'a pas l'intention d'investir en Belgique pour moderniser les machines. La production sera donc délocalisée là où ça couterait le moins cher, sur des sites en France ou en Espagne.

88 emplois maintenus à Genval

Tout n'est pas perdu cependant pour le site belge. Les 88 employés continueront à travailler en Brabant wallon, où les activités logistiques et administratives seront maintenues. Si les boissons seront dorénavant embouteillées ailleurs, elles reviendront ensuite à Genval, d'où elles seront distribuées partout en Europe. Le site brabançon conserve donc une place importante dans la stratégie du groupe limonadier.

Les craintes syndicales ne datent pas d'hier...

Selon Serge Demanet, le permanent CSC alimentation pour le Brabant wallon, "L’usine tournait déjà au ralenti. Certes, l’été n’a pas été extraordinaire et cela a sans doute eu un impact sur la consommation des boissons du groupe, mais l’arrière-saison n’est pas mauvaise. Je suis donc curieux d’entendre les explications qui vont nous être présentées ce matin."

D’après nos confrères du journal l’Echo, quelques indices ont mis la puce à l'oreille des salariés ces derniers jours. Plusieurs camions ont chargé à Genval des bouteilles VIDES ce weekend, avant de prendre la direction d'un autre site du groupe en France. Ce qui laissait sous-entendre qu'on n'a plus besoin de bouteilles vides à Genval, et donc que la production pouvait s'arrêter. Craintes confirmées donc ce matin.

La marque avait débarqué il y a plus de 90 ans, avec la création d'un 1er site d'embouteillage en 1923. Le groupe a grandi et s'est développé en reprenant notamment les installations de la société John Martin.

S. Remacle

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK