CPAS de la Ville de Bruxelles : jusqu'à 250 euros d'aide par enfant pour la rentrée scolaire

CPAS de la Ville de Bruxelles : jusqu’à 250 euros d’aide par enfant pour la rentrée scolaire
CPAS de la Ville de Bruxelles : jusqu’à 250 euros d’aide par enfant pour la rentrée scolaire - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Le CPAS de la Ville de Bruxelles a décidé de venir en aide à ses bénéficiaires pour cette rentrée scolaire. Plusieurs primes leur seront versées pour tenter de limiter l’impact de la crise du coronavirus sur les familles les plus précarisées. 4000 enfants et 2600 étudiants sont concernés. Nous avons posé trois questions à Karine Lalieux, la présidente du CPAS de Bruxelles

À rentrée exceptionnelle, mesures exceptionnelles ?

"Oui, nous voulions accompagner de manière exceptionnelle nos familles qui ont vécu très difficilement la crise du Covid. Il y a trois axes que nous avons développés. C’est d’abord une aide pour la rentrée scolaire. Pour tous les enfants des bénéficiaires. Pratiquement, on va verser 100 euros par enfant scolarisé en primaire, 250 euros par enfant scolarisé en secondaire.

On sait qu’une rentrée scolaire coûte très cher

On sait qu’une rentrée scolaire coûte très cher. D’autant plus quand on vit avec une allocation qui est sous le seuil de pauvreté. Donc nous voulons que les enfants des bénéficiaires puissent rentrer correctement.

Par ailleurs, nous suivons 2600 étudiants qui sont en école supérieure, qui ont entre 18 et 25 ans. Et là on sait que l’enseignement se fait de plus en plus à distance. Et donc on veut les équiper correctement avec de bons ordinateurs et une bonne connexion wifi. Cela se fera au cas par cas. Pendant le confinement, ils sont nombreux à avoir décroché faute de matériel ou de connexion adaptée. 


►►► À lire aussi: Listes de fournitures scolaires: "C'est inacceptable que des familles se retrouvent précarisées financièrement par les coûts de l'école"


Et enfin, le troisième axe concerne les activités extrascolaires pour les enfants de familles précarisées qui sont souvent restés cloîtrés entre quatre murs. On veut qu’ils puissent sortir, faire du sport, de la musique, du théâtre ou que sais-je encore. Et pour ça, on donnera 400 euros par enfant. Le CPAS paiera directement le club ou l'académie par exemple."

Comment sont financées ces mesures ?

"C’est un budget important. Mais le Fédéral et la Région nous ont donné des subsides exceptionnels pour les bénéficiaires dans le cadre de la crise Covid. Cela va nous permettre de réduire un peu cette pauvreté infantile, de réduire l’exclusion de ces enfants de diverses activités. Et permettre à ces familles de s’épanouir dès la rentrée scolaire. On sait que cette crise a encore plus marqué les inégalités, que ce soient des inégalités économiques ou sociales. Mais aussi du décrochage scolaire."

A ce propos, vous misez aussi sur les écoles des devoirs ?

"Oui, nous allons renforcer l’équipement de nos écoles de devoirs avec des ordinateurs, des imprimantes. Le décrochage scolaire est fort. Et nous voulons que notre jeunesse fragilisée ait les mêmes chances que les autres."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK