CPark trouve sa place à Namur

L'application CPark désormais implantée à Namur
L'application CPark désormais implantée à Namur - © RTBF

Ne pas parvenir à trouver une place de parking gratuite ou à faible coût, l’une des hantises de tous les automobilistes qui se rendent chaque à Namur. Se garer en ville est quasiment toujours payant et souvent coûteux. Parfois, la tentation est grande de tenter d’éviter de débourser quelques euros pour un ticket de parking. Mais agir ainsi signifie aussi s’exposer à l’éventualité d’une contravention. CPark, est une application qui permet aux utilisateurs de visualiser les rues payantes et gratuites dans les grandes villes belges. Mais aussi de prévenir les risques de contrôles en recensant les heures de la journée ou ceux-ci sont les plus fréquents. L’application peut même envoyer un message à son utilisateur si un contrôleur est repéré à proximité du véhicule.

Succes Story

Lancée initialement à Anvers et Bruxelles, l’application s’est rapidement diversifiée et propose désormais ses services à Liège, Charleroi, Genk, Louvain et, depuis le 7 février, à Namur. " A Namur ça a très bien fonctionné, en deux semaines, on a gagné près de 2000 utilisateurs. " se réjouit Hadrien Crespin, l’un des cofondateurs de CPark. " On a des dizaines de signalement par semaines donc nos algorithmes commencent à tourner et à vraiment pouvoir détecter des tendances. En plus de cela, l’application permettra de faire tourner un peu les commerces namurois. " L’application est financée grâce à de la pub géolocalisée. Lorsque l’usager indique ou il s’est garé, il recevra de la pub pour les magasins alentours. S’il se gare près d’un magasin de vêtements par exemple, il va recevoir un message lui disant que s’il fait des achats dans ce magasin, il bénéficiera d’une réduction.

Appli communautaire

A l’instar de Waze, CPark fait appel à sa communauté. Les utilisateurs signalent les contrôles qu’ils constatent et les amendes qu’ils reçoivent. D’ailleurs, si Namur fait partie des villes de Wallonie où s’est installée l’application c’est avant tout parce que la communauté l’a décidé. "Les utilisateurs choisissent des villes ou on va s’implanter via des votes sur des sondages en lignes" explique Hadrien Crespin. "Bien sûr nous envisageons d’étendre encore l’application, en Belgique c’est certain mais aussi peut-être en France." Chaque jour, ce sont plus de 2500 personnes qui utilisent CPark en Belgique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK