Covoiturage: Bruxelles Mobilité demande à Djump de cesser ses activités

Djump propose un service de covoiturage payant via une application (illustration).
Djump propose un service de covoiturage payant via une application (illustration). - © Flickr – franes-lez-anvaing.be

Djump, c'est un de ces services qui propose à des particuliers de faire appel à d'autres particuliers pour un déplacement en voiture. La demande se fait via une plateforme internet ou une application pour smartphone. Un service pour lequel il n'y a pas vraiment de tarifs.

Pas de tarifs mais une contribution volontaire est bienvenue. Conséquence : depuis le lancement de Djump en 2013, les sociétés de taxis y voient surtout une concurrence déloyale.

D'autant qu'une autre société est venue, entre temps, proposer le même genre de services. Il s'agit d'Uber, une société américaine dont on vous a déjà parlé.

Pour les taxis, c'en est trop ! La semaine dernière, ils ont d'ailleurs déposé plainte contre ces deux plateformes de covoiturage organisé.

Et cette fois-ci, Bruxelles Mobilité a aussi réagi. Comment ? En envoyant un courrier aux fondateurs de Djump, pour leur demander d'arrêter purement et simplement leurs activités. Elle considère que ce service s'apparente plus à une centrale de taxis qu'à du covoiturage.

Mais pour Tanguy Goretti, l'un des fondateurs de Djump, pas question de renoncer si vite. "Nous contestons cette décision. Nous allons d’ailleurs leur répondre avec l’aide de nos avocats (…) Concrètement, Djump continue de fonctionner. Le service ne va pas s’arrêter sur Bruxelles. Actuellement, toutes les donations qui seront faites aux conducteurs via l’application seront intégralement reversées à une œuvre de charité dont l’objectif est d’offrir une meilleure mobilité à Bruxelles."

Véronique Fievet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK