Covid-19 : soigner ou risquer une contamination, le dilemme des kinés pour les seniors à domicile

illustration
illustration - © Belga-Bruno Arnold

Poursuivre les soins à domicile pour les personnes âgées ? Ou prendre le risque de les contaminer ? Un véritable dilemme pour certains soignants, comme les kinésithérapeutes… des kinés qui, évidemment, sont en contact physique avec tous leurs patients, avec un risque accru de contamination, malgré les précautions d’usage et les mesures d’hygiène.

Un dilemme délicat

"Chez les personnes âgées à domicile, notamment, il y a certaines pathologies qui nous mettent face à un dilemme", explique Pierre Wéry, kinésithérapeute indépendant, en Brabant wallon. "Si on arrête les soins pendant trois semaines, minimum, on ne sait pas dans quel état on va les retrouver après ! Il y a des patients qui sont dépendants de nous. Au niveau autonomie, cela peut être difficile. Et donc, si on ne se rend pas chez ces personnes, tous les acquis obtenus et tout l’entretien (exercices de mobilité par exemple) qu’on fait, tout cela risque d’être perdu. Pour eux, c’est un problème".

Dans d’autres cas, les soins de kiné sont encore plus importants, mais aussi plus délicats en raison de l’épidémie actuelle. "Je pense aux kinés respiratoires", poursuit Pierre Wéry. "Je ne couvre pas ces soins-là, mais je sais que les kinés qui prodiguent ce type de soins sont face à un fameux dilemme. Je pense aux patients atteints de bronchite chronique. Le kiné doit aller les dégager régulièrement. Or, le risque est encore plus grand pour ces patients-là ! ((NDLR: les personnes souffrant de problèmes respiratoires risquent davantage de complications en cas de contamination par le Covid-19)).

Autre cas de figure, tous les patients en post-opératoire. "Il faut les avoir à l’œil. Pour l’évolution des cicatrices, l’évolution des amplitudes,… Là aussi, interrompre le traitement, ce serait perdre les acquis apportés par les premiers soins".