L'homme abattu par la police sur l'A8 était soupçonné de terrorisme

Une course-poursuite a été engagée par les Unités spéciales (DSU) de la Police fédérale pour rattraper un suspect. L'individu ne s'est pas laissé faire et a donc finalement été tué par les coups de feu.

Il s'agit d'un homme né en 1973, d'origine algérienne et soupçonné de terrorisme, a affirmé le parquet lors d'une conférence de presse en soirée. Il avait été décidé qu'il serait arrêté ce mardi parce qu'il était soupçonné de préparer "un fait punissable". Le parquet n'a pas donné plus de précisions.

Fin 2012, le parquet a exécuté deux commissions rogatoires envoyées par les autorités françaises concernant B.H., suspecté par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) d'appartenir à une association de malfaiteurs à des fins terroristes.

L'enquête a permis de démontrer que l'homme achetait du matériel militaire et divers accessoires pour armes, comme des vêtements en kevlar ou des viseurs longue distance.

Elle a aussi permis de le lier à un vol avec violence survenu dans un restaurant à Anderlecht. Lors de ce braquage, huit armes avaient été volées au propriétaire et une personne avait été touchée de deux coups de feu.

Comme il était réputé dangereux, le parquet avait décidé de faire appel à une unité spéciale de la police pour l'appréhender.

Des explosifs dans son appartement

Dans son appartement situé rue de la Courtoisie à Anderlecht, la police a trouvé des armes, munitions et équipements paramilitaires. Un chien avait attiré l'attention sur une armoire. Comme un danger d'explosion était craint, l'armoire a été neutralisée par les services de déminage. Les riverains ont du êtré évacués, mais ils ont pu regagner leur domicile en soirée.

Deux autres perquisitions ont eu lieu ce mardi. Une femme a été arrêtée et auditionnée. Le parquet n'a pas voulu donner d'autres précisions.

Il avait tiré sur les policiers

Concernant les circonstances de la poursuite, une enquête séparée est ouverte à Tournai. Le parquet de Tournai précise que l'homme circulait à bord d'un véhicule Nissan 4x4, portant des plaques françaises. Les policiers qui le suivaient dans une VW Passat et une Opel Insignia lui ont demandé à plusieurs reprises de s'arrêter.

L'homme n'a pas obtempéré et a dirigé son véhicule vers celui de la police afin de le faire verser en contrebas. Il a ensuite exhibé une arme et a tiré en direction des policiers.

Ceux-ci ont répliqué, touchant le véhicule à plusieurs reprises. Huit impacts de balles ont été constatés sur le pare-brise de la Nissan. Le conducteur de la voiture a été mortellement touché. Son corps est autopsié ce mercredi.

Aucun agent de la police n'a été blessé au cours de cette poursuite.

RTBF avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK