Cours de base renforcés dans le technique et le professionnel: beaucoup sont sceptiques

Après les primaires hier, beaucoup d'écoles secondaires organisent leur rentrée ce vendredi. Et dans l'enseignement technique et professionnel, cette rentrée est marquée par une importante réforme des programmes.
Les cours de base sont renforcés à partir de la troisième année : plus de maths, plus de français, plus de langues étrangères... L'objectif, c'est de mieux former les élèves. Encore faut-il les garder sur les bancs de l'école. Un certain nombre d'enseignants sont sceptiques.

A l'école Ilon Saint-Jacques de Namur par exemple, les élèves apprennent l'hôtellerie et le tourisme. Cette année, le programme de troisième prévoit 4 heures de cours généraux en plus que l'année dernière : deux heures de math et deux heures de français. D'autres écoles techniques et professionnelles ont augmenté les heures de langues étrangères.

L'ambition de cette réforme de la Communauté française est louable : mieux armer les élèves de l'enseignement qualifiant dans un monde en mutation. Mais remplacer des cours pratiques par des cours généraux est-ce vraiment une solution, s'interroge Luc Bourdoux, le directeur de l'Ilon Saint-Jacques. "Des cours comme ici dans cette école de cuisine et de salle ont pour vocation de mettre l’élève en concordance, de pouvoir retourner avec plaisir à l’école… Et j’ai peur qu’en augmentant le cours de math ou de français, cela ne mette pas l’élève dans une dynamique positive."

Certaines écoles ont choisi de ne pas réduire le nombre d'heures de cours pratiques et d'atelier. Mais c'est au prix de journées qui s'allongent pour des élèves qui ont déjà des difficultés à rester en classe.

Cette réforme de l'enseignement qualifiant bute sur une autre limite : la difficulté de trouver des profs de maths ou de langues étrangères.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK