Courcelles : un souffle d'air frais grâce une majorité inédite

Courcelles : un souffle d'air frais grâce une majorité inédite
Courcelles : un souffle d'air frais grâce une majorité inédite - © Tous droits réservés

L’alliance était en effet inattendue et visait d’abord à reléguer dans l’opposition un PS aux commandes depuis 60 ans. MR, CDH et Ecolo ont décidé, le soir des élections communales 2012, de constituer une majorité jamais connue dans ce bastion socialiste. Et ça leur a plutôt réussi. Tous le disent en chœur : le collège était composé de 8 personnalités, il y a parfois eu des discussions, mais au final, le projet commun a tenu la route. Il faut dire que les chantiers étaient nombreux : les voiries,  les bâtiments publics, les bâtiments scolaires. La chasse aux subsides a été lancée et a permis de monter quelques beaux projets : le réaménagement du hall sportif, la construction d’une résidence services, l’achat du terril n°5. La piscine, elle, a pâti d’un dossier financier qu’il a fallu reprendre entièrement de zéro. Mais cette fois, il est sur les bons rails, même s’il faudra encore un peu de patience pour que les courcellois(es) puissent en profiter.  La rénovation du cœur de ville, avec une place Roosevelt dans un état déplorable, a aussi bien traîné. La nouvelle majorité a décidé de casser les contrats déjà signés et de repartir d’une page blanche.

Chacun des partenaires espère prolonger le travail entrepris depuis 6 ans. Sans se lier les uns aux autres précisent-ils tous, même si la collaboration, on le répète, fut bonne.
Caroline Taquin sera tête de liste pour le MR.  Les échevins libéraux également. Le reste de la liste est en confection. La bourgmestre est confiante en son bilan, dit-elle. Courcelles était une commune endormie qui a été réveillée … Il faut continuer de concrétiser les dossiers qui sont lancés et s'assurer que les finances restent en équilibre, comme c'est aujourd'hui enfin le cas.

Les Ecolos, qui ne possédaient que 3 conseillers sur 31, sont partants pour une nouvelle expérience car "on est plus efficace dedans que dehors". Christophe Clercy, président du CPAS, la mènera, avec des thèmes de campagnes déjà définis : par exemple, la continuation du Plan Climat Energie, les achats groupés énergétiques, le lancement d’un plan d’isolation des habitations privées.

Johan Petré, au cdH, estime qu’il a réalisé sa part de programme spécifique (enseignement notamment) et que la mandature a été globalement positive. Il se présente donc lui aussi avec le souhait de "rempiler". Sous la bannière cdH, ce qui est devenu rare par les temps qui courent. "Il ne faut pas renier ses valeurs", explique-t-il, mais il tient à marquer sa différence locale : la liste s’appellera "cdH Courcelles".

Le parti socialiste, lui, revient de loin, de très loin même. Déchiré par des querelles internes sans fin, il n’a pas su se reconstruire dans l’opposition. Le parti a de plus dû faire face à une série de départs : l’ancien bourgmestre Axel Sœur a décidé de se retirer de la vie politique, tout comme un conseiller. Deux autres sont décédés, un autre, enfin, est passé au MR. Le parti a donc décidé de miser sur une nouvelle tête : Laurence Meire, venue de Chapelle-lez-Herlaimont. A elle d’incarner le renouveau, avec une liste qui mélangera anciens et plus jeunes. C’est un comité de liste qui établira celle-ci et des candidats d’ouverture sont annoncés, même si rien n’a encore filtré.

Enfin, la vie politique courcelloise ne serait pas ce qu’elle est sans Robert Tangre et son Parti des Gauche. Le travail dans l’opposition n’est pas facile dit-il, mais il est satisfait de voir que certaines de ses idées ont filtré dans des décisions de la majorité. Rien n’est par contre encore décidé pour la future liste, il devrait se prononcer en janvier 2018.
Enfin, à ce stade, pas encore d’écho d’une éventuelle liste PTB.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK