Courcelles: un monument du Patrimoine attribué par erreur aux rexistes

Le monument à la mémoire des victimes de la tuerie du Bosi du Rognac à Courcelles
Le monument à la mémoire des victimes de la tuerie du Bosi du Rognac à Courcelles - © Jmh2o

Le calendrier des manifestations des "Journées du patrimoine", prévues en Wallonie à la mi-septembre, a donné lieu à une lourde erreur qui aura heurté les habitants de la région de Charleroi, et plus particulièrement ceux de Courcelles. Un monument de la commune a en effet été attribué erronément aux rexistes. Les Journées du Patrimoine ont présenté leurs excuses dans un communiqué sur leur site internet.

Il est en effet fait mention dans la brochure d'un monument érigé "en mémoire du bourgmestre rexiste Oswald Englebin" sur le territoire de Courcelles. Oswald Englebin était, en août 1944, bourgmestre rexiste de Charleroi, mis en place par l'occupant. Il avait succédé à Prosper Teugels, bourgmestre rexiste lui aussi, et qui avait été abattu par des résistants en 1942 à Charleroi. Le 17 août 1944, Oswald Englebin regagnait son domicile avec son épouse, à bord de la voiture que conduisait son fils Philippe. Ils avaient été tous trois abattus par des résistants au lieudit Bois du Rognac, à la limite de Monceau-sur-Sambre et de Courcelles.

En guise de représailles, les rexistes avaient fait prisonniers une vingtaine de notables carolorégiens, dont le curé doyen de Charleroi Pierre Harmignie, qui ont été fusillés la nuit suivante. Chaque année, le 18 août, cette tuerie fait l'objet d'une commémoration et un monument a été érigé à cet endroit, en hommage aux victimes. C'est en évoquant ce monument, qui fera partie d'un circuit lors des "Journées du patrimoine", que l'erreur de dénomination a été commise, dans les 80 000 exemplaires de la brochure diffusée pour annoncer ces journées. "Nous avons reçu de la part de l'organisateur une note historique à publier (...). Une de nos collaboratrices a été chargée de la résumer en un texte plus petit. C'est à ce moment que l'erreur a été commise. Le texte avait été relu, mais la confusion est restée. Une erreur certes humaine, mais néanmoins colossale", a déclaré à Sudpresse une porte-parole des Journées du patrimoine.

Un communiqué a également été diffusé sur le site internet de l'événement. "Suite à une regrettable erreur humaine, nous avons placé sur le même monument un bourgmestre rexiste et 20 victimes de la barbarie rexiste. Nous présentons toutes nos excuses aux personnes qui pourraient avoir été blessées à la lecture de ce texte", indiquent les Journées du patrimoine.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK