Cour d'Appel: suspension du prononcé pour un policier poursuivi pour des faits de violence

Illustration
Illustration - © Pixabay - Creative Commons

Un ancien policier de la zone de police Anderlues-Binche a bénéficié de la suspension du prononcé de la condamnation pour une durée d'un an, ce mardi, devant la Cour d'Appel du Hainaut.

Le policier avait écopé de quatre mois de prison avec sursis devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour des coups portés à un cafetier, en juillet 2010, au commissariat de police. Son collègue, qui avait écopé de six mois de prison avec sursis pour un faux en écriture, est acquitté.

Le second policier était soupçonné d'avoir volontairement omis des éléments dans son procès-verbal dans le but de protéger son collègue, coupable de faits de violence durant ses heures de travail.

Une intervention de nuit

Les policiers étaient intervenus la nuit dans un café à Binche où étaient organisés des concerts. Le patron avait refusé de baisser le son de la musique et il avait outragé les policiers. Emmené au poste de police, il s'est rebellé. Lors de son interrogatoire, il a reçu des coups au visage et il a souffert de plusieurs fractures.

Les policiers avaient raconté qu'il avait chuté après s'être énervé quand le premier policier est passé dans un couloir. Selon un médecin légiste, les lésions n'étaient pas compatibles avec une chute mais bien avec des coups. Le cafetier avait désigné le policier, lequel prétendait n'être jamais entré dans la salle d'interrogatoire. Pour la cour, il s'agit donc d'une bavure dans le chef du premier policier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK