Cour d'Appel: légère modification du jugement pour l'un des deux braqueurs de la pizzeria à Hornu

Les faits s'étaient produits le 9 janvier 2020 dans cette pizzeria à Hornu
Les faits s'étaient produits le 9 janvier 2020 dans cette pizzeria à Hornu - © Google maps

La troisième chambre correctionnelle de la cour d'appel du Hainaut a légèrement modifié, mercredi, un jugement rendu par le tribunal correctionnel de Mons contre deux jeunes primo-délinquants qui avaient braqué une pizzeria à Hornu, le 9 janvier 2020, avant de prendre la fuite et de tirer sur les policiers lors d'une course-poursuite vers la France.

Le tribunal correctionnel de Mons avait condamné les deux hommes à une peine de cinq ans, assortie d'un sursis probatoire de cinq ans pour ce qui excède un an. La cour a confirmé le jugement mercredi, mais a prononcé une peine de cinq ans, assortie d'un sursis probatoire pour ce qui excède deux ans, contre l'un des deux prévenus, considérant qu'il était l'instigateur de cette attaque, qu'il avait fourni les armes, qu'il s'était montré le plus violent et qu'il était l'auteur des coups de feu tirés vers les policiers. Le ministère public avait requis, des peines de sept ans de prison ferme, mettant en exergue le traumatisme des victimes.

Le 9 janvier 2020, en soirée, deux jeunes hommes cagoulés, revêtus de vêtements militaires, ont débarqué dans la pizzeria. Ils ont pointé leurs armes vers les douze personnes présentes dans le restaurant, leur ordonnant de se coucher sur le sol et les menaçant de mort, à plusieurs reprises. Les deux hommes recherchaient le coffre-fort. Plusieurs personnes ont reçu des coups.

Les deux hommes ont finalement pris la fuite en mettant en danger la vie des autres usagers de la route. Ils ont finalement été interpellés en France et remis à la Belgique trois semaines plus tard. Ils étaient âgés d'une vingtaine d'années et inconnus des autorités judiciaires.

La Cour a insisté sur le respect des mesures probatoires et espère que cette affaire n'était qu'un cas isolé.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK