Cour d'Appel du Hainaut: Farid Hakimi fait appel de sa condamnation à quatorze ans de prison

Farid Hakimi, ici à l'ouverture du procès la 14 septembre 2020
Farid Hakimi, ici à l'ouverture du procès la 14 septembre 2020 - © Belga - Benoit Doppagne

Farid Hakimi, condamné à une peine de quatorze ans de prison le 30 octobre dernier par le Tribunal Correctionnel de Charleroi, a décidé de faire appel, selon le quotidien La Province.

Son avocat, Me Frank Discepoli, et le boxeur ont décidé de faire appel après une longue réflexion, alors que le tribunal n'avait retenu que six agressions armées sur la vingtaine retenues par le Procureur Fédéral. Ce dernier avait déjà annoncé qu'il avait fait appel contre l'irrecevabilité des poursuites prononcée en faveur de Marwan Hammouda, l'un des prévenus.

"Pour moi, il y a un manque de cohérence dans les décisions prises par le tribunal. En raison du comportement du chef d'enquête, Marwan Hammouda a bénéficié de l'irrecevabilité des poursuites. Par contre, pour Farid Hakimi le tribunal n'a pas dit un mot sur les conséquences du comportement du chef d'enquête. Pourtant, l'attitude de l'enquêteur a aussi eu un impact sur le dossier de mon client. Selon moi, Farid Hakimi aurait également dû bénéficier de l'irrecevabilité des poursuites", déclare Frank Discepoli dans La Province.  

Me Sébastien Courtoy avait plaidé que Marwan Hammouda avait été victime d'un chantage mené par le chef d'enquête, lequel avait une relation intime avec sa compagne. Le tribunal a estimé que le policier avait privilégié son intérêt personnel à l'intérêt de l'enquête. Selon la défense de Farid Hakimi, Marwan Hammouda avait enfoncé le boxeur dans ses déclarations à la police alors que le chef d'enquête lui avait fait du chantage, lui promettant notamment une détention sous bracelet électronique, ce qui était impossible en raison des antécédents judiciaires du prévenu, détenu pour autre cause.    

Il reste encore quelques jours aux parties pour faire appel.   

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK