Coupes budgétaires dans la culture en Flandre: le secteur artistique plaide pour un report des mesures

Jan Jambon (N-VA)
Jan Jambon (N-VA) - © DIRK WAEM - BELGA

"Nous proposons que le ministre (flamand de la Culture, Jan Jambon) suspende les mesures d’économies proposées jusqu’à ce qu’un consensus soit trouvé", plaidait vendredi la Fédération flamande des employeurs dans le secteur artistique, Overleg Kunstenorganisaties (oKo). La coupole a souligné la nécessité d’instaurer un dialogue après que le gouvernement flamand a annoncé samedi une réduction de 60% du budget alloué à la culture.


►►► A lire aussi : Michaël De Cock, directeur artistique du KVS : "Avec les coupes budgétaires, on cherche à tuer le secteur culturel"


Jeudi, le ministre-président Jan Jambon (N-VA) a invité le secteur artistique à présenter une proposition de budget alternative, réagissant ainsi à la vague de protestations que l’annonce a soulevée parmi les acteurs culturels.

"Il ressort des chiffres combinés que le gouvernement entend atteindre 8% d’économies sur le dos des institutions et organismes artistiques qui bénéficient de subventions pour leur fonctionnement ou certains projets. C’est donc plus que les 6%" annoncés, pointe la directrice d’oKo, Leen Laconte. "Ce sont de grosses économies et il n’est pas réaliste d’exiger d’un secteur qu’il mette en œuvre les conséquences drastiques qui en résultent d’ici le 1er janvier – dans six semaines donc."

Des conséquences pour l’horeca, le tourisme, l’enseignement et les médias

L’oKo entend dès lors saisir l’invitation du ministre et le "conseiller en connaissance de cause". Ces consultations étant appelées à durer, la fédération propose de suspendre les mesures prévues jusqu’à ce qu’un consensus soit trouvé. "Il faut de la vigilance et, pour cela, du temps", souligne Mme Laconte. Une date devrait bientôt être fixée, a en outre indiqué l’organisme.

La coupole insiste également sur les secteurs connexes "qui ne sont pas touchés comme nous par les coupes et ceux qui sont liés au nôtre, économiquement ou de par leur contenu". "Les coupes budgétaires dans la culture ont également des conséquences pour l’horeca, le tourisme, l’enseignement et les médias, notamment", rappelle la directrice de l’oKo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK