Coup de sang des travailleurs de Safran Aero Boosters

La semaine dernière dernière, un accord a pourtant été signé avec la multinationale pour que l'ensemble des usines du groupe favorise l'insertion des jeunes. "Mais visiblement, cela ne s'applique pas ici", regrette un délégué.
La semaine dernière dernière, un accord a pourtant été signé avec la multinationale pour que l'ensemble des usines du groupe favorise l'insertion des jeunes. "Mais visiblement, cela ne s'applique pas ici", regrette un délégué. - © RTBF

Depuis 6h00 ce mardi matin, les 1500 membres du personnel sont en grève. Un arrêt de travail de 48 heures. Ils entendent dénoncer la politique d'embauche dans cette entreprise de l'aéronautique. 

Ce qui a mis le feu aux poudres chez le motoriste, c'est le fait que deux travailleurs de l'usine des Hauts-Sarts se sont vu proposer et ont obtenu une prolongation de contrats au-delà de 65 ans.

"Safran recherche des Batman de la mécanique, des Superman de l'usinage… Nous avons fait campagne pour une pension à 65 ans, avec un salaire décent, explique Stefano Scibetta, délégué principal FGTB. Sauf que de son côté, la direction a décidé de prolonger les super-héros au-delà de 65 ans…"

Le contexte a joué visiblement : la semaine dernière, un accord a été signé avec la multinationale pour que l'ensemble des usines du groupe favorise l'insertion des jeunes. "Ce qui est vrai à Paris n'est visiblement pas vrai ici !"

Lundi, l'assemblée du personnel a donc décidé, à la quasi unanimité, de partir en grève dès ce mardi, pour une durée de 24 heures.

Des syndicats qui s'opposent à tout allongement de l'âge de la retraite dans une usine des Hauts-Sarts dirigée par l'ancien patron de l'Union wallonne des entreprises, cela a évidemment des relents politiques...

Précisons encore que Safran Aero Boosters est l'ancienne Techspace Aero, aux Hauts-Sarts.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK