Coronavirus : Soignies et Jurbise, dernière étape de la récolte d'échantillons de sueur pour dresser des chiens renifleurs

50 volontaires ont donné leurs échantillons de sueurs dans le hall omnisports de Soignies
3 images
50 volontaires ont donné leurs échantillons de sueurs dans le hall omnisports de Soignies - © Tous droits réservés

Ce samedi, c’était la dernière étape de la vaste collecte de sueur organisée à travers tout le pays, depuis plusieurs semaines. Cette collecte, organisée par le Kiwanis, s’inscrit dans un programme de dressage de chiens renifleurs, mené conjointement par les Facultés de Médecine vétérinaire de Gand et Liège.

"L’espoir est que ces chiens puissent détecter les gens porteurs du coronavirus, explique Miguel Stevens, un des vétérinaires qui coordonne ce projet. On s’inspire notamment de ce qui se fait dans la lutte contre la drogue ou le terrorisme. Depuis des semaines, 11 chiens sont en formation. Ce qui est remarquable dans ce projet, c’est que l’ensemble des professionnels qui travaillent dans tous le pays avec des chiens renifleurs ont été associés à ce projet. C’est donc une plateforme unique qui regroupe, pour ne citer qu’eux, des chiens issus de la police, de la protection civile et de l’armée."


►►► Coronavirus en Belgique ce 10 janvier : le seuil des 20.000 morts est dépassé, tous les indicateurs sauf les contaminations sont en baisse


Ces 11 chiens seront-ils efficaces ? Est-ce que leur dressage va réussir ? On devrait être fixé avant fin février mais les responsables de ce projet sont très optimistes : "Jusqu’ici tous les jours, les chiens ont reniflé de la sueur récoltée sur des patients positifs au Covid19 qui séjournent dans tous les hôpitaux du pays. Maintenant dans la 2e phase, on va progressivement intégrer des échantillons de sueur de patients négatifs et on va voir si les chiens font bien la distinction."

Un geste civique

C’est précisément la récolte de ces échantillons négatifs qui se terminait donc ce samedi en faisant étape à Soignies et Jurbise. Une centaine de volontaires ont transpiré pour la bonne cause et pour chacun d’entre eux 15 échantillons ont été prélevés : "Nous avons pensé, mon mari et moi, que cela valait le coup de donner une heure de notre temps pour participer à ce projet qui pourrait aider dans la lutte contre la pandémie, confie Catherine. On a subi un test PCR pour confirmer que nous sommes bien négatifs et puis derrière, pas de piqûres, juste attendre 30 minutes que la sueur s’imprègne sur les cotons. Franchement, c’est un petit geste civique qui ne coûte pas cher."

Au total 8000 échantillons négatifs ont ainsi été récoltés depuis le début de la campagne. "Si cette première expérience est concluante, il appartiendra au gouvernement fédéral de décider si on détache ces 11 chiens pour une longue période à cette détection du virus. De même, le gouvernement pourrait alors décider de former et dresser des nouveaux chiens. Je pense que cette technique rapide de détection pourrait alors être utilisée, par exemple, cet été, lors de rassemblements ou à l’entrée de toutes sortes de festivités et d’événements", conclut Miguel Stevens.

 

Détection du covid: chiens renifleurs (JT du 26/12/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK