Surmortalité liée au Coronavirus : plus de 350 décès dans les maisons de repos à Bruxelles

Le coronavirus touche les plus âgés.
Le coronavirus touche les plus âgés. - © KENZO TRIBOUILLARD - AFP

"Il y a une surmortalité liée au coronavirus dans les maisons de repos à Bruxelles !" Ce constat, en pleine épidémie, c’est le ministre régional de la Santé Alain Maron (Ecolo).

155 décès attribués avec certitude au Covid-19

Ce mardi, en séance plénière du Parlement bruxellois (par visioconférence), celui-ci a détaillé la situation dans les homes privés et publics implantés dans les 19 communes. Sur les 146 maisons de repos localisées en région bruxelloise, 38 sont suivies par les équipes de Médecins sans Frontière. Et depuis le début de la crise du coronavirus, 356 décès sont liés au Covid-19 dont 155 avec certitude, "puisque ceux-ci ont fait l’objet d’un test positif", précise le porte-parole d’Alain Maron. Les 201 autres décès sont "probablement" liés au virus. Pas de test ici, mais des suspicions de contamination avant le décès de la personne. C’est d’ailleurs bien souvent ce qui est indiqué sur l’acte de décès.

"On constate une surmortalité dans les maisons de repos et auprès de nos aînés, plus importante que lors d’un épisode grippal saisonnier", nous précise le ministre. "Ce virus touche particulièrement les personnes âgées : c’est ce que l’on observe dans tous les autres pays. Il y aura certainement lieu d'analyser cela au regard des chiffres habituels de décès au cours de la même période les années précédentes. Mais ce qui est certain, c'est que cette épidémie a provoqué un surmortalité."

Si la surmortalité frappe les maisons de repos, c'est en raison de leur particularité. Elles accueillent une population fragile, dans une collectivité, avec des va-et-vient depuis l’extérieur qui favorisent la propagation du Covid-19.

L’armée dans d’autres maisons de repos

Ce mardi, l’armée est venue prêter main-forte au personnel encore disponible dans une maison de repos de Jette, comme l’annonçait la RTBF ce mercredi. Le cabinet d’Alain Maron indique que l’armée pourrait également intervenir dans d’autres maisons de repos bruxelloises. Pas cette semaine, mais probablement la semaine suivante.

Depuis plusieurs jours, le secteur appelle à l’aide face à une situation dramatique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK