L'eau du robinet à Bruxelles contient-elle plus de chlore à cause du coronavirus ?

La composition de l'eau à Bruxelles n'a pas changé, assure Vivaqua.
2 images
La composition de l'eau à Bruxelles n'a pas changé, assure Vivaqua. - © ALASTAIR PIKE - AFP

"L’eau potable distribuée dans nos réseaux n’a pas changé de composition ni de provenance depuis les mesures de confinement." Le message officiel délivré par le laboratoire de l’intercommunale Vivaqua est clair comme de l’eau de roche. Depuis l’apparition de l’épidémie de coronavirus dans notre pays, la qualité de l’eau distribuée auprès des ménages n’a pas été modifiée.

L’eau dessèche la peau… C’est pas normal

Pourtant, depuis plusieurs jours, des Bruxellois s’inquiètent. Sur les réseaux sociaux et au travers des messageries, plusieurs habitants se plaignent. L’eau contiendrait plus de chlore. La peau s’assèche davantage après une douche ou un bain. De même que les cheveux après un passage sous le pommeau. "L’eau n’est pas comme elle est habituellement. Elle dessèche la peau… C’est pas normal", écrit cette internaute. "Il y a bien quelque chose qui a été mis… Arrêtez de nous faire croire le contraire." "Peau des mains rugueuse, tendance à rougir comme une sorte d’allergie", signale cette autre personne sur les réseaux sociaux. "Pourtant, mes habitudes n’ont pas changé en matière de lavages : j’étais déjà souvent les mains dans l’eau !"

La quantité habituelle de chlore qui est nécessaire

Mais pour la directrice de Vivaqua, Laurence Bovy, interpellée par la RTBF, "il n’y a pas plus de chlore dans l’eau de distribution". "J’ai été interpellé par plusieurs administrateurs en ce sens. Nous avons dès lors interrogé notre laboratoire qui a rédigé une analyse". Que dit cette analyse ? "En Région de Bruxelles-Capitale, l’eau du robinet contient la quantité habituelle de chlore qui est nécessaire pour assurer la "potabilité" de l’eau. Les doses de chlore ajoutées sont réduites au strict nécessaire : un litre d’eau de distribution peut contenir au maximum un quart de milligramme de chlore. Notre laboratoire vérifie 24 heures sur 24 les teneurs en chlore dans l’eau distribuée à Bruxelles."

Des articles de presse en France

La qualité de l’eau distribuée à Bruxelles demeure "irréprochable" insiste le laboratoire. "Evidemment, la population a bien compris que pendant la pandémie de coronavirus, il est primordial de se laver les mains au savon le plus souvent possible et ce, pendant 40 à 60 secondes minimum. Cette utilisation plus importante de savon peut causer des problèmes de sécheresse de peau. Il est d’ailleurs recommandé de bien protéger la peau avec une crème hydratante", conseille le laboratoire.

Mais quid des autres parties du corps, de la tête et de cette sensation différente exprimée par les internautes ? "Le temps à l’extérieur est plus sec", suggère Laurence Bovy. "Ou alors un phénomène plus local." En tout cas, le laboratoire de Vivaqua reconnaît que des publications de presse en France ont pu jouer et faire écho en Belgique, à Bruxelles en particulier. Le Parisien, LCI ou Les Dernières Nouvelles d’Alsace ont relayé ces informations. "Il est probable que les articles parus dans la presse française signalant une augmentation du dosage en chlore dans certaines régions, à la demande des autorités locales, en soient à l’origine", avance le laboratoire de l'intercommunale de production et de distribution de l'eau, associant 23 villes et communes.

Des paramètres suivis

Laurence Bovy pointe également l’effet démultiplicateur des rumeurs sur les réseaux sociaux. "Mais il est important de dire que rien n’a changé. Et nous continuons à suivre tous nos paramètres". But : être certain que le virus ne se transmet par l’eau de distribution et qu'aucun autre problème de "potabilité" ne puisse survenir.