Coronavirus : "Mobilisons les hôtels pour accueillir les résidents contaminés des homes bruxellois"

Le MR propose de mobiliser la capacité hôtelière bruxelloise.
2 images
Le MR propose de mobiliser la capacité hôtelière bruxelloise. - © JAMES ARTHUR GEKIERE - BELGA

C’est l’idée du président du CPAS de Watermael-Boitsfort, en Région bruxelloise : mobiliser voire réquisitionner les hôtels pour accueillir les résidents et les membres du personnel des homes bruxellois atteints du Covid-19.

Pour David Leisterh, par ailleurs député régional, "la manière de travailler aujourd’hui dans les maisons de repos ne permet plus d’offrir une meilleure protection aux personnes à risques que sont nos aînés. Il faut donc enclencher une nouvelle étape et mobiliser des lieux, tels que des hôtels par exemple, comme on l’a fait pour d’autres publics vulnérables comme les sans-abri".

Surmortalité dans les homes

On le constate depuis plusieurs jours : le nouveau coronavirus a engendré une surmortalité parmi les pensionnaires des maisons de repos. Selon Alain Maron (Ecolo), ministre bruxellois de la Santé, 356 décès constatés dans les 146 homes bruxellois depuis le début de la crise sont attribués au Covid-19. Sur ces 356 décès, 155 le sont avec certitude. Pour 201, il s’agit de suspicions.

On l’a vu aussi : les homes n’arrivent plus à gérer la situation. Personnel malade, pénurie d’équipements de protection, isolement des personnes âgées : la situation est critique. Une des solutions trouvée est l’appel à l’aide lancée auprès de l’armée belge.

Mais ce n’est pas suffisant, estime David Leisterh. Dans la maison de repos que gère son CPAS boitsfortois (129 lits), "on compte aujourd’hui cinq cas positifs et un décès". "Nous disposons aujourd’hui de 10.000 tests : ils doivent en priorité être utilisés pour les maisons de repos", ajoute le député et président du MR bruxellois. "Une fois testées, les personnes positives doivent pouvoir directement être isolées pour éviter de propager davantage le virus dans un maxicluster qu’est une maison de repos. Il en va de même pour les pensionnaires qui doivent se rendre régulièrement à l’hôpital. A défaut d’y rester, on doit pouvoir aussi les isoler des pensionnaires négatifs dans une maison de repos."

Eviter les contaminations à l’hôpital

David Leisterh dit se baser sur son expérience de terrain. "Je crains que certains cas aient été contaminés suite à leurs allers-retours (justifiés !) dans un hôpital", avance-t-il.

L’appel à mobiliser les hôtels peut devenir un appel "si nécessaire à réquisitionner". "Pour assurer un suivi dans ces nouveaux lieux, dans ces structures intermédiaires, on peut faire appel au magnifique vivier associatif et élan de solidarité au niveau du personnel soignant. Il faut aller vite, les prochains jours seront cruciaux, nous n’avons pas de temps à perdre pour répondre à l’urgence sanitaire de nos aînés."

La Région bruxelloise dit plancher sur l’ouverture de structures intermédiaires d’accueilElles accueilleraient les personnes qui ne doivent plus être hospitalisées, mais ne peuvent pas encore rentrer chez elles. On parle ici de personnes guéries. L’idée est également à l’étude dans la province de Liège.

A Bruxelles, la mobilisation/réquisition des infrastructures hôtelières devrait être de la compétence du bourgmestre local ou du ministre-président, selon David Leisterh. "A Etterbeek, un hôtel a été réquisitionné par le bourgmestre pour accueillir les sans-abri."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK