Coronavirus: les mesures de soutien aux commerçants dinantais rejetées

Le plan dinantais prévoyait la suppression de trois taxes, dont celle sur les débits de boissons (illustrée ici avec la Croisette).
Le plan dinantais prévoyait la suppression de trois taxes, dont celle sur les débits de boissons (illustrée ici avec la Croisette). - © RTBF

Le plan de soutien aux commerçants touchés financièrement par le Covid-19 imaginé par la majorité dinantaise a été rejeté, lundi soir, lors de la séance du conseil communal.

Ce plan prévoyait la suppression de trois taxes, à savoir celle sur les enseignes (33.000 euros et 212 Dinantais concernés), sur les débits de boissons (7000 euros et 35 Dinantais concernés) et la redevance droit de quai, nouvelle taxe qui devait être mise en place en 2020 et qui devait rapporter 50.000 euros. Et des réductions de taux de 40% sur la taxe sur les embarcations (36.000 euros) et sur les campings (8000 euros) sont également prévues. L'effort consenti s'élevait à 134.000 euros. A cela s'ajoutait un montant de 300.000 euros, qui reflétait la perte financière induite par les mesures de confinement sur le budget communal de l'année 2020. A savoir 100.000 euros pour le stationnement, 40.000 euros pour les séjours, 40.000 euros pour les spectacles et investissements et 25.000 euros pour les terrasses.

Lundi soir, l'opposition dinantaise et deux membres de la majorité ont voté contre ce plan, donnant comme résultat onze voix contre et onze pour. "C'est une surprise désagréable pour le Collège communal et les commerçants. On va continuer à travailler et retourner auprès des commerçants pour essayer de les associer davantage à nos réflexions. On reviendra avec d'autres propositions lors de la prochaine séance du conseil communal prévue le 22 juin", a précisé le bourgmestre Axel Tixhon.