Coronavirus : les masques KN95 distribués dans plusieurs homes bruxellois non conformes

Le nombre de décès dans les homes reste important.
2 images
Le nombre de décès dans les homes reste important. - © DIRK WAEM - BELGA

Les masques de protection livrés dans plusieurs homes bruxellois ne sont pas des masques médicaux. C’était pourtant une demande du secteur pour son personnel de soin, au plus près des résidents atteints du Covid 19.

Cette semaine, ce sont des masques non médicaux KN95, de fabrication chinoise, qui ont été livrés aux maisons de repos par Iriscare, l’administration bruxelloise de la santé et de la protection sociale. Sauf que, selon nos informations, des contrôles menés par un laboratoire spécialisé (IDEWE) montrent que les lots livrés par Iriscare "ne sont pas conformes". La cause ? "Une qualité trop variante". Iriscare demande donc aux établissements de les mettre de côté.

Ne pas les utiliser mais on les distribue quand même

Des tests ont toutefois été demandés afin de pouvoir utiliser ces masques comme masques chirurgicaux. Étonnement de la part de ce responsable de home. "On nous dit de ne pas les utiliser ! Mais on les distribue quand même", interroge celui-ci… "Pratique, non ? Oui pour les suspicions et le délai raisonnable afin de vérifier et tester les masques. Mais pourquoi nous approvisionner ?"

Pour rappel, quelles sont les principales différences entre un masque médical et un masque chirurgical ? Le premier est destiné au personnel de santé au contact direct avec les malades, c’est le fameux FFP2. Equipé d’un dispositif de filtration, il va protéger celui qui le porte des virus en suspension dans l’air. Il ne les inhalera pas. C’est le masque le plus efficace. Quant au masque chirurgical, il est anti-projections. En le portant, une personne malade, par ses postillons, évite de contaminer d’autres personnes. Il est destiné aux malades mais parfois aussi aux soignants. Plus facile à porter, il est également moins efficace.

Ces masques ne sont pas des FFP2 mais…

Mais on l’a dit : les équipes dans les homes sont en première ligne. Les cas de contaminations au Covid-19 et de décès surviennent majoritairement dans les maisons de repos. "Sur les 8521 personnes décédées, 47% sont mortes à l’hôpital, 52% dans une maison de repos et de soins", si on prend le bilan de ce vendredi. Certains travailleurs de ces institutions ont été infectés. A Forest, une aide-soignante est décédée après avoir contracté la maladie.

Pour Iriscare, "ces masques peuvent être utilisés comme masques chirurgicaux", dit Sven Heyndrickx, porte-parole. "Effectivement, ces masques ne sont pas des FFP2 mais dans un home, on peut les utiliser comme des masques chirurgicaux." Iriscare assure également avoir passé commande de nouveaux masques plus adaptés et "que des tests sont réalisés pour chaque commande, avec l’aval du SPF Economie et auprès d’un laboratoire. Avant, le souci était que nous avons commandé des milliers de masques, certains lots étaient bons, d’autres pas. Désormais, tout est soumis à un test."

Fin avril, une commande de masques KN95 destinée aux maisons de repos en Wallonie était jugées non conformes par l’Aviq, l’Agence wallonne pour la qualité de vie. Avant un revirement quelques jours plus tard. Mais attention, seuls les masques KN95 équivalents FFP2 de marque NEP – Xin Neng Dian (boîte bleue et blanche) pouvaient être utilisés. A Bruxelles, ce n’est pas le cas !

Ce vendredi, La Libre annonçait que les maisons de repos bruxelloises pourraient être amenées à rembourser 50% du coût des masques, alors que leur santé financière n’est pas exceptionnelle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK