Coronavirus: Les communes bruxelloises durcissent le ton pour faire respecter la distance sociale

Coronavirus: Les communes bruxelloises durcissent le ton pour faire respecter la distance sociale
Coronavirus: Les communes bruxelloises durcissent le ton pour faire respecter la distance sociale - © Tous droits réservés

Les communes bruxelloises et les polices zonales durcissent le ton pour faire respecter les consignes de distanciation sociale décidées par le Conseil National de Sécurité, selon les communications transmises ce lundi par différentes communes, en respect de la voie tracée par la Région bruxelloise.

A l'exception du parc Elisabeth géré comme d'autres grands parcs par la Région et Bruxelles Environnement, Koekelberg a fermé tous les autres parcs situés sur son territoire depuis la semaine dernière. Les parcs communaux ont également fermé à Etterbeek et à Saint-Josse-ten-Noode depuis lundi de la semaine dernière. Il est cela dit conseillé de réglementer les espaces verts plutôt que de les fermer

Les pelouses du parc de Forest ont ainsi été interdites ce lundi sur ordre du bourgmestre Stéphane Roberti, tout en laissant les sentiers accessibles.

Drônes de contrôle

Olivier Maingain, bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, relève que la police locale a eu l'autorisation de la police fédérale d'utiliser un drone afin d'évaluer la fréquentation des parcs sur une zone qui concerne les communes de Woluwe-Saint-Lambert, Woluwe-Saint-Pierre et Auderghem.

"Sauf si la Région nous indique une voie, j'envisage de prendre des initiatives pour la promenade verte qui va de Woluwe jusqu'à Auderghem à cause de la largeur de la promenade", ajoute Olivier Maingain. "Ce n'est pas tant le problème que les gens ne respectent pas les distances que le fait qu'ils soient trop proches quand ils se croisent". La promenade verte étant régionale, des discussions sont en cours entre les trois communes concernées dans un souci d'uniformisation.


►►► À lire aussi: Coronavirus: Bruxelles veut faire fabriquer 100.000 masques et demande votre aide


La police de Bruxelles-Ixelles a augmenté en fin de semaine dernière les contrôles dans les parcs. "Il faut de la méthode et du sang froid, et surtout des décisions cohérentes sur toute la région", a fait valoir la porte-parole de la Ville Wafaa Hammich. "La police demande déjà aux personnes de rester en mouvement dans les parcs et de ne pas de s'y installer".

La police de Bruxelles-Nord (Schaerbeek, Evere et Saint-Josse-ten-Noode), qui entre comme les autres zones dans une phase punitive après une période de prévention, a dressé près de 120 sanctions administratives communales (SAC) en trois jours, a procédé à quelques arrestations administratives et a rédigé de premiers procès-verbaux judiciaires, a annoncé lundi le cabinet de la bourgmestre de Schaerbeek Cécile Jodogne. "Si les citoyens ont, dans l'ensemble, bien compris le message, certains semblent ne pas vouloir comprendre", déplore Cécile Jodogne. "Maintenant nous sommes contraints d'ajouter à la prévention des moyens punitifs".

Les parcs ne sont plus des lieux de détente publics

Ridouane Chahid, bourgmestre faisant fonction à Evere, explique que décision a été prise lundi matin de renforcer la présence des gardiens de la paix et de la police dans les parcs pour rappeler la distanciation sociale en vigueur. "On veut faire passer le message que, même s'il fait beau, les parcs ne sont plus des lieux de détente publics", souligne Ridouane Chahid.

Des panneaux listant les règles d'usage et les sanctions administratives communales qui seront prises en cas d'infraction vont être installés à l'entrée des parcs à compter de mercredi. Des rubans de police condamneront dès mardi les bancs, dont les surfaces favorisent les contaminations.

Les plaines de jeu et les espaces de sport sont barricadées pour les mêmes raisons depuis la semaine dernière, comme dans d'autres communes et comme cela a été fait dans les grands parcs gérés par Bruxelles Environnement.

Pour les parcs publics bruxellois, les questions se posent également (direct dans le 13h de ce mardi):

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK