Coronavirus: les bourgmestres de Huy-Waremme refusent d'affecter des policiers dans les recyparcs

Les bourgmestres de Huy-Waremme, en province de Liège, refusent d'affecter des policiers dans les recyparcs, a annoncé dimanche la Conférence des élus de Meuse-Condroz-Hesbaye, la structure supracommunale qui fédère les 31 communes de ce territoire. La société gestionnaire des déchets avait annoncé la réouverture prochaine des parcs, moyennant une présence policière.

Dans un courrier adressé à Intradel, l'association intercommunale qui assure la gestion des déchets dans 72 communes de la province de Liège, les bourgmestres de Huy-Waremme estiment que "les conditions imposées pour la réouverture des recyparcs vont au-delà des exigences posées par la directive ministérielle, surtout quant à la présence permanente de forces policières pour la sécurité à l'extérieur et à l'intérieur de la zone de tri des déchets".

Trente entités sur les 31 que compte l'arrondissement de Huy-Waremme sont concernées, seule Héron étant affiliée, en cette matière, au Bureau économique de la province de Namur (BEP).


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


 

Dans leur missive, les bourgmestres huy-waremmiens expliquent se réjouir de la réouverture progressive et maîtrisée des recyparcs, soulignant que la situation devenait compliquée dans certaines zones du territoire, au vu notamment des difficultés du stockage en espace urbain ou encore de la prolifération de dépôts clandestins.

"Tant pour les agents de l'Intercommunale que pour les citoyens, les conditions d'accès aux parcs et d'utilisation de ceux-ci doivent être précises, rigoureuses et scrupuleusement respectées. Mais la réouverture des recyparcs ne peut se faire sur le dos des communes et des zones de police", exposent-ils.

Estimant que prévoir des agents en faction dans les recyparcs est excessif et trop contraignant pour des zones de police fortement sollicitées depuis le début de la crise et qui, surtout, doivent assumer des missions bien plus larges, les élus locaux demandent instamment à l'intercommunale Intradel de revoir sa position sur les conditions d'ouverture des recyparcs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK