Coronavirus : le travail des patrouilles de police va fortement évoluer dès ce dimanche 10 mai

Depuis plusieurs semaines, des patrouilles de police vérifient que les citoyens respectent bien les règles lorsqu’ils sortent de chez eux. Avec la fête de mères ce dimanche et l’ouverture des magasins dès lundi, la tâche va être plus compliquée.

Les rondes se répètent depuis près de deux mois pour Franz et Serge, tous deux policiers de la Zone Nivelles/Genappe. A deux, ils passent dans les parcs, les centres commerciaux ou les centres urbains pour bien vérifier que chacun respecte les consignes : distanciation sociale, interdiction de rassemblement et des déplacements justifiés selon le cadre défini au niveau fédéral : "Finalement c’est surtout de l’éducation et de la pédagogie, explique Serge Bayot, inspecteur. Au début, c’était compliqué mais les gens ont fini par comprendre et désormais la base est réellement bien intégrée par les citoyens".


►►► À lire aussi : Retrouvez toutes les nouvelles mesures en cliquant ici

►►► À lire aussi : Des retrouvailles avec les proches autorisées dès le dimanche 10 mai : à quelles conditions ?


Contrairement à ce qu’ils ont craint, les Nivellois respectent encore correctement les règles élémentaires dans les parcs notamment : "Il fait beau et demain la météo sera mauvaise pour la fête des mères. Nous avions imaginé un possible relâchement aujourd’hui mais on voit bien qu’à part quelques petites remarques pour respecter les distances lors des balades ou des dans les files à l’entrée des magasins, tout le monde fait encore bien attention", se réjouit Franz Thyssen, partenaire de patrouille de Serge.

Ça va changer !

C’est plutôt les prochains jours qui inquiètent les deux policiers. L’ouverture des magasins lundi va donner une justification facile à chaque citoyen pour sortir de chez lui et peu de latitude au policier pour juger de la pertinence de cette excuse. Les réunions familiales autorisées demain, dans un cadre privé et donc inaccessible aux forces de l'ordre, vont aussi donner du fil à retordre pour bien vérifier que tout le monde joue le jeu : "Nous n’avons pas beaucoup de moyens pour cela, constate Serge Bayot. Les contrôles routiers vont quand même nous permettre de demander aux personnes où elles se rendent et pourquoi. S’ils sont trop nombreux dans les voitures, ce sera plus délicat de trouver une explication valable. Et sinon, quand ils seront bien arrivés sur place lors de leurs visites, certaines dénonciations aussi… Ou un constat de rassemblement que nous pourrions réaliser nous-mêmes dans un jardin ou depuis l’extérieur nous permettra sans doute de convoquer le propriétaire de l’immeuble pour obtenir des explications".

La mission va changer, il n’y a aucun doute. Pour les policiers du pays, elle se complexifie et dès ce dimanche, il leur sera bien plus délicat de juger ou d’interpréter les différentes situations.

Mais l'objectif reste selon eux de continuer à minimiser les risques de propagations du virus et donc limiter les contacts entre citoyens tout en en comptant sur leur civisme.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK