Coronavirus : la Région bruxelloise s'apprête à commander un à deux millions de masques en tissu

Au moins un masque en tissu par citoyen bruxellois : c’est l’engagement pris ce jeudi par le gouvernement bruxellois réuni en Conseil des ministres. Un engagement assorti d’une condition : la Région avalisera cette commande, si et seulement si le Conseil national de sécurité de ce vendredi recommande officiellement le port du masque par la population dans l’optique du lent déconfinement à venir.

Mais qui confectionnera et fournira ces masques ? En quelle quantité exacte ? A quel prix ? Dans quels délais ? La communication du gouvernement est encore floue. Et pour cause : de nombreuses zones d’ombre persistent. Reprenons depuis le début.

Coordonner l’effort

Dans la capitale, depuis quelques jours, les initiatives locales se multiplient pour équiper les Bruxellois de masques en tissu. L’idée du gouvernement est donc de participer à l’effort, en appui des communes. Mais l’objectif est aussi d’éviter la dispersion, le gaspillage d’énergie, tant il est vrai que les communes agissent à géométrie variable.

Certaines comptent commander sur le marché privé (Molenbeek), là où d’autres font appel aux volontaires (Auderghem). Certaines veulent fournir tous leurs citoyens (Saint-Josse), d’autres uniquement les plus vulnérables (Bruxelles-Ville).

Et la liste est loin d’être exhaustive. La cacophonie guette parfois. Comme lorsqu’on apprend ce vendredi que la commune de Woluwé-Saint-Lambert lance, au lendemain de l’annonce gouvernementale, son propre marché afin de commander 60.000 masques en tissu pour ses 57.000 habitants et son personnel administratif.

Bruxelles Prévention et Sécurité à la manœuvre

Revenons à la commande régionale. Ses contours encore flous devraient être affinés en cours de soirée ce vendredi. Dans la foulée du Conseil national de sécurité, se tiendra un Conseil régional de sécurité. Le gouvernement et les 19 bourgmestres pourront alors, ensemble, préciser les modalités de cette commande.

A l’issue du Conseil des ministres régionaux de ce jeudi, le communiqué du gouvernement expliquait que "cette mission sera confiée à Bruxelles Prévention et Sécurité". Cet organisme régional d’intérêt public aura donc la lourde tâche de dénicher des acteurs prêts à s’engager dans un délai extrêmement court : le gouvernement ambitionne de commencer la distribution gratuite de masques dès la semaine du 4 mai.

"Il sera dans la mesure du possible, tenu compte de la mise à l’emploi des demandeurs d’emploi issus de la Région bruxelloise", précise encore le gouvernement. La Région veut aussi favoriser la production locale, en privilégiant les acteurs d’économie sociale et les entreprises de travail adapté. Mais il n’est pas impossible, au regard de l’ampleur de la commande, que certains fournisseurs viennent de l’extérieur des frontières de la Région bruxelloise.

 

Masques : achat groupé pour la population ? (JT du 23/04/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK