Coronavirus : l'armée au chevet du home Jean Van Aa à Ixelles

En raison d’un important taux d’absentéisme lié à l’épidémie de coronavirus dans notre pays, l’armée va intervenir dans une troisième maison de repos, après Jette en Région bruxelloise et Lustin dans la province de Namur. A partir de ce samedi, la Défense nationale enverra six ambulanciers le matin et trois ambulanciers l’après-midi (soit neuf militaires au total) dans la Résidence Jean Van Aa, chaussée de Boondael à Ixelles. Celle-ci est gérée par le CPAS de la commune et a une capacité de 180 lits.

C’est officiellement la troisième maison de repos qui fait appel à l’armée afin d’obtenir une intervention en personnel médical. Pour rappel, à Jette, depuis mardi, à la Résidence Archambeau, plusieurs militaires ont aujourd’hui remplacé les équipes absentes. De 50 membres du personnel, la Résidence compte désormais moins de 10 travailleurs pour assurer la prise en charge des résidents, dont la plupart sont confinés voire atteints du Covid-19. Depuis vendredi, l’aide de la Défense s’est déplacée à Lustin.

A partir de samedi, ce sera donc à Ixelles. Selon nos informations, le personnel y est épuisé. Une cinquantaine de certificats médicaux ont été rentrés auprès de la direction. Plusieurs contaminations au Covid-19 sont enregistrées ainsi que des décès parmi les résidents. Mais aussi parmi les travailleurs comme celui d’une aide-soignante à mi-temps dans la résidence. C’est celle qui travaillait le reste de son mi-temps au home du Van des Roses à Forest.

2 images
Le personnel militaire est déjà sur le terrain ce vendredi. © RTBF.

Conséquences concrètes de ce manque de personnel : selon une source interne, des soins qui ne peuvent plus être prodigués aux résidents, des résidents qui chutent et qui ne sont pas relevés rapidement et des pensionnaires qui souffrent aussi de déshydratation. Les maigres équipes encore sur place se démènent sans compter pour accompagner les personnes âgées mais se retrouvent aujourd’hui totalement débordées. Impossible dans les conditions actuelles d’être sur tous les fronts. Le soutien de l’armée arrive à point nommé.

Dans l’attente de l’arrivée des militaires samedi, la commune met deux personnes à disposition pour assurer un minimum d’encadrement cette nuit.

Une aide ponctuelle

Cette aide restera cependant une aide "ponctuelle", a rappelé à la RTBF cette semaine le médecin général major Pierre Neirinckx, le chef de la composante médicale de la Défense. "On vient en aide le temps que les membres du personnel récupèrent ou soient sortis de confinement lorsqu’ils étaient eux-mêmes malades ou suspects. Et donc ce sont des aides ponctuelles qu’on poursuivra ailleurs. Nous n’allons pas éternellement rester dans une même maison de repos, mais apporter une aide temporaire lorsqu’une urgence se manifeste".

Une première vague d’une soixantaine de personnes en tout est en tout cas prête et prévue pour intervenir à différents endroits du pays : "Nous monterons en puissance s’il le faut. Nous ne pouvons pas présumer de l’intensité et de la gravité des interventions nécessaires".

La proposition de faire intervenir l’armée dans les homes avait déjà été émise il y a quelques jours, par Philippe Goffin, le ministre MR de la Défense. Ce vendredi après-midi, au comité de concertation, où l’on retrouve tous les niveaux de pouvoir du pays, la procédure a été officiellement avalisée.

L’armée organisera des reconnaissances sur place

Les Régions ont la tutelle sur les maisons de repos et de soins. Ce sont donc elles qui doivent introduire les demandes à la Défense. Pour l’instant, dans les trois régions du pays, on s’active à faire remonter les demandes. La Défense prendra alors les choses en main. Elle organisera des reconnaissances sur place pour évaluer les besoins et l’aide à apporter, au cas par cas.

La Défense n’a pas fixé un nombre précis de militaires appelés à assumer cette mission. La Défense n’a pas non plus fixé un nombre précis de militaires appelés à aider dans chaque maison de repos. Des missions qui seront surtout de logistique et d’intendance. La première estimation des besoins se fait actuellement dans les régions. Mais pour l’instant, la Défense n’a donc reçu que trois demandes officielles.

En Wallonie, les gouverneurs des différentes provinces sont actuellement en réunion afin de déterminer quelles maisons de repos ont besoin d’un appui de l’armée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK